• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Installation et emploi : 
des initiatives innovantes
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 01-11-2013 - Christian Evon

Installation et emploi : 
des initiatives innovantes

FORUM

La baisse du nombre d'actifs en agriculture n'est pas une fatalité : c'est ce qu'un collectif de sept organisations paysannes a voulu montrer mardi au lycée agricole de Saint-Herblain (Loire-Atlantique) autour de nombreux témoignages et d'échanges d'expériences.

“Il faut désectorialiser la question et sortir de l'agriculture les questions liées à l'installation et à la gestion de la ressource” estime Jean Pluvinage (au premier plan), directeur de recherche honoraire à l'Inra.

“Il faut désectorialiser la question et sortir de l'agriculture les questions liées à l'installation et à la gestion de la ressource” estime Jean Pluvinage (au premier plan), directeur de recherche honoraire à l'Inra.


Depuis 2010, les Pays de la Loire installent 483 jeunes avec aides en moyenne par an, ce qui est très loin de pourvoir au remplacement des cessations d'activité. Selon François Purseigle, maître de conférences à l'Ensat de Toulouse, “l'agriculture est un vivier d'emplois mais les instruments publics de l'installation, notamment la DJA, doivent être reconsidérés”.


“Il faut revoir en profondeur l'accompagnement des porteurs de projet” a rappelé
Marie-Noëlle Orain, secrétaire générale de la Confédération paysanne nationale. “Le critère de la SMI doit être supprimé au profit d'un critère de viabilité économique, sociale et environnementale des installations.” La CP réclame depuis longtemps la neutralité et l'accueil des candidats à l'installation. “Les porteurs de projet doivent bénéficier d'un statut spécifique pour accéder à la formation et à l'accompagnement lors de chaque étape de l'installation”.


Reconnaître l'installation progressive


En Loire-Atlantique, la Coopérative d'installation en agriculture paysanne s'y emploie. Elle compte 40 associés dont deux collectivités, et a accueilli il y a un an ses premiers porteurs de projet. Trois installations ont déjà été réalisées. L'idée ? Sécuriser le porteur de projet en lui facilitant l'accès au foncier, pour faire émerger des projets agricoles innovants ancrés dans le territoire. La Ciap dispose d'un espace test en maraîchage bio et rassemble vingt stagiaires en cours de formation stage paysan créatif.


Autre témoignage, celui de Paul Guéguen, producteur de porcs à Treize-Septiers (Vendée). “En 2000, la commune possédait une seule ferme à cinq associés et après la séparation du Gaec, quatre fermes ont vu le jour avec cinq installations en dix ans. Elles se sont toutes réalisées sans agrandissement” explique l'éleveur. C'est là que le bât blesse : trop souvent, la transmission de l'exploitation met en péril le maintien des actifs, le plus souvent sous la pression des voisins.


L'AFOCG, quant à elle, propose des accompagnements collectifs à la transmission pour les actifs de plus de 50 ans. Souvent, la question est double : comment trouver un repreneur et assurer la transition, notamment la transmission du capital ? Au Gaec des Gazons (Vieillevigne), on fonctionne toujours de la même manière : “On s'engage à chercher notre repreneur trois ans avant la retraite et à accueillir des jeunes pour des stages” témoigne Dominique Saunier. “Quand ça fonctionne avec un jeune, il devient salarié pendant deux ans, avec les mêmes conditions de travail et la même rémunération que les associés."


Christian Evon




Signaler un abus

Catégories : installation

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services