• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Aprochim : les victimes de la pollution parlent [video]
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 25-10-2013 - Rémi Hagel

Aprochim : les victimes de la pollution parlent [video]

Aprochim

Dimanche 20  octobre, plusieurs centaines de personnes ont participé à la randonnée de soutien aux victimes de la pollution aux PCB. Ces riverains touchés ont témoigné de leur situation.

Joseph Gaudin a fait amener de la terre de son exploitation devant les grilles d'Aprochim, afin qu'il la “décontamine”.

Joseph Gaudin a fait amener de la terre de son exploitation devant les grilles d'Aprochim, afin qu'il la “décontamine”.


Sophie Moreau est l'une des plus proches riveraines de l'usine. Son taux de PCB dans le sang est l'un des plus élevé - par pudeur, elle ne veut pas dire combien. “Ce qui m'inquiète le plus, c'est la santé de nos enfants. Si j'ai du PCB dans le sang, ils en ont aussi. Ils ont mangé la même chose. Je suis très inquiète des conséquences sur leur santé, plus tard.” Elle habite “une maison qu'on a rénovée pendant 12 ans et qui devient notre prison puisqu'on ne peut même plus la vendre.” Ils démarraient un petit élevage : les moutons ont été abattus. Comble du malheur, son mari travaille chez Aprochim­, et risque de perdre son emploi... “alors, on perdra tout”.


Agriculteurs sous séquestre


Dimanche, à Grez-en-Bouère, devant 400 à 500 personnes, elle a expliqué cette situation difficile. Les randonneurs se sont ensuite rendus chez d'autres riverains touchés. Patrick Laumaillé­ atteint d'un cancer (sans lien établi avec le PCB) qui s'inquiète : “On n'a eu aucune analyse de sang ! Si je veux la faire, ça coûte 670 euros. Le pire, c'est qu'on a donné du PCB à manger à nos petits-enfants, avec les légumes du jardin. Cela fait chaud au cœur de vous voir tous ici.”


Puis ce sont les agriculteurs : Joseph Gaudin qui a dû arrêter sa production caprine, Philippe­ Lami et Gaëtan Thomas dont les troupeaux sont sous séquestre (1). Philippe Lami élève des Blondes d'Aquitaine. Il a dû changer sa méthode d'élevage : il engraisse ses broutards, jusqu'à 450 ou 500 kg, le temps qu'ils se décontaminent. Ils sont engraissés à l'intérieur pour qu'ils ne broutent plus. En juillet, trois taurillons de 400 kg abattus s'étaient révélés non conformes. Les trois vaches de réforme, elles, étaient bonnes “de justesse”. Heureusement, il conduit aussi un poulailler et consacre deux tiers de sa surface aux cultures.


Terre contaminée

L'après-midi avait débuté par un rassemblement devant l'usine Aprochim. Joseph Gaudin, président de Terre et vie d'Anjou, a fait déposer des monticules de terres devant les grilles, pour que l'industriel “les décontamine et me les rendent propres”. Il dénonce l'attitude de la préfecture, qui “fait croire que la pollution s'est arrêtée alors que c'est faux”.


La foule est constituée de riverains, “des parents d'élèves, ceux qui nous connaissent” se rassure Sophie Moreau. Mais tout au plus, Philippe Lami estime à une petite cinquantaine les habitants de Bouère et Grez-en-Bouère. Le gros des troupes est venu de plus loin, par soutien, par conviction écologiste. On trouve peu d'élus, hormis trois conseillers régionaux Verts, dont Claude Gourvil, poursuivi pour complicité de diffamation par Aprochim. Un appel au don a été fait, pour soutenir les six personnes ou association poursuivies, qui n'ont pas les moyens de financer leurs frais d'avocat. Ces militants dénoncent “une stratégie de l'assèchement”.

Cette manifestation était symboliquement organisée la veille du début du procès Chimirec (la maison mère) à Paris.


Rémi Hagel


Revoyez les témoignages en vidéo 


Signaler un abus

Catégories : Environnement Mayenne

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services