• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Vols dans les exploitations : “C’est du travail de pro”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 25-10-2013 - Frédéric Gérard, Christian Evon, Christophe Zapata

Vols dans les exploitations : “C’est du travail de pro”

TEMOIGNAGES 

L’Ouest est aujourd’hui concerné par des vols très organisés. Les victimes ne peuvent que constater l’efficacité et la rapidité des malfaiteurs.


Le mois dernier, Charlie Gautier s’est fait voler 4 tonnes de pommes, dans l’un de ses vergers en bord de route communale. “Le vendredi soir, on a déposé les paddocks. On est revenu le lundi matin, mais il n’y avait plus rien à cueillir. C’était de la gala bien colorée, bien cueillie, et juste au bon moment… C’est une perte sèche de 1 000 euros.” Ce genre de pillage, c’est une première, pour l’arboriculteur de La Bruère-sur-Loir. (Sarthe) “Du petit matériel, des asperseurs, c’est déjà arrivé.” Dans le sud de la France, ces problèmes sont plus anciens, même s’ils se sont multipliés, en particulier cet été, pour les producteurs de fruits et légumes. En Sarthe aussi, “depuis 2-3 ans, on en voit plus qu’auparavant”, révèle le secrétaire général de la FNPF (fédération des producteurs de fruits). L’an dernier, sur une autre exploitation, ce sont des produits phytosanitaires qui ont été subtilisés.


Du bétail débité en plein champ


Le Grand-Ouest connaît de plus en plus de vols en exploitations agricoles. La Mayenne est le département le moins concerné. La Loire-Atlantique est le premier touché avec 247 vols constatés en 2012. La dernière victime en date est Philippe Couvrand, éleveur à Donges, près de Saint-Nazaire. Samedi matin, il a découvert dans un champ une génisse Limousine de 400  kg dépecée. “La bête a été égorgée d’un seul coup de couteau, puis les deux cuisses et les deux épaules ont été soigneusement découpées. Seuls restaient le tronc et la peau. C’est du travail de pro”, réagit l’éleveur, à la fois triste et en colère. Il estime le préjudice à environ 1 000 euros. En juin, il avait déjà porté plainte pour le vol d’un veau.


Depuis début 2012, plusieurs éleveurs du Maine-et-Loire, pour la plupart du Saumurois, ont eux aussi été victimes de bouchers sauvages : au petit matin, ils n’ont pu que constater la qualité de la découpe de leurs bovins, voire du dépeçage, lorsqu’il ne restait que la peau.


Le professionnalisme des malfaiteurs est souvent souligné. “Ce sont forcément des gens très bien organisés”, commente cet éleveur de Chantenay-Villedieu, qui a récemment vu disparaître cinq brebis et six agneaux, en cinq jours. Les voleurs “n’ont pas affolé les animaux, n’ont laissé aucune trace, ni marque au sol, ni tache de sang. Ils ont opéré sans faire de bruit non plus parce que les chiens n’ont rien entendu”. 


Même impression d’impuissance chez cet autre éleveur de moutons sarthois, à Rouez. “Il y a quelques semaines, quatre brebis ont été volées. Ils ont pris les animaux et les ont saignés et découpé à 5 km d’ici, dans un champ au bord de la route. Ils n’ont emporté que les épaules et les gigots. Il faut être très bien organisé, probablement à plusieurs, et avoir prévu son coup à l’avance pour opérer comme ils l’ont fait.” Une seule boucle a été oubliée et a permis aux gendarmes de faire le lien entre les restes de moutons trouvés par le propriétaire du champ et son élevage.


“On ne peut rien faire face à ça”


Face à ces modes opératoires, “il n’y a pas grand-chose à faire”, commentent les différentes victimes. Certaines ne portent même pas plainte — “Cela ne sert à rien.” Un éleveur explique cependant qu’il effectue une déclaration de vol en gendarmerie systématiquement “pour être en règle en cas de contrôle, vis-à-vis du GDS et de la DDT. Et pour l’assurance, mais c’est très mal indemnisé”. Mais “je n’ai jamais vu qu’on ait arrêté une fois les voleurs”.


Frédéric Gérard, avec Christian Evon et Christophe Zapata


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services