• Suivez-nous :

accueil
Sarthe > Bahier choisit d'investir pour résister à la crise
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Sarthe - 18-10-2013

Bahier choisit d'investir pour résister à la crise

Salaisonniers

L'entreprise de salaisons Bahier ouvrait cette semaine une nouvelle plate-forme logistique ainsi que de nouveaux ateliers de fabrication.

Une performance si l'on se rapporte à un communiqué de juin dernier, de la Fédération des industriels charcutiers traiteurs (FICT), qui estime que “la rentabilité moyenne du secteur est nulle : la consommation de charcuterie augmente (+1,7 % l'an dernier) et la production suit (+2,4 %), mais la marge des salaisonniers reste dangereusement faible.” Face à cette situation, l'entreprise Bahier a choisi d'investir 13 millions d'euros pour se moderniser. Elle vient de rénover et d'agrandir l'usine de rillettes et de se doter d'une plate-forme logistique, de 4 500 m2, réfrigérée (entre +2 et +4 °C) avec chambres de congélation pour stocker les produits finis. Cet investissement permettra certaines économies mais lui donnera plus de facilité pour envisager l'export, elle dont les produits sont consommés à 97 % en France.


Ne pas se replier sur soi

L'investissement de 13 M € a été rendu possible par l'appartenance de Bahier au groupe Alliance, une confédération de PME qui mettent des fonds en commun pour permettre à celles qui en ont besoin de financer leur développement le moment venu. “L'entreprise enclenche une démarche à moyen terme en vu d'exporter,” explique le directeur général, Jean-Yves Venard. “Il faut d’abord réunir toutes les conditions industrielles pour obtenir l’agrément d’exportation vers des pays comme la Russie ou la Chine, qui ont des cahiers des charges draconiens en termes de production. Et pendant que nous préparons l’outil industriel, nous prenons tous les renseignements utiles pour pouvoir passer à l'action le moment venu.” ... “La situation de l’alimentaire, en France se dégrade, des entreprises de charcuterie ferment chaque mois, et les outils se détériorent car les entreprises ne peuvent plus investir. Mais il faut réagir. Et  “c’est contre le vent que s’élève le cerf-volant “, n'est-ce pas ?

Signaler un abus

Catégories : Porcs Viande

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services