• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > “Trois mesures techniques peuvent être imposées 
à Aprochim”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 11-10-2013

“Trois mesures techniques peuvent être imposées 
à Aprochim”

Philippe Vignes, est préfet
 de la Mayenne.

Dans l'affaire Aprochim, les services de l'Etat sont régulièrement critiqués par les riverains. Ils les soupçonnent soit de faire de la rétention d'information, soit de jouer la montre. La Confédération paysanne juge “complaisante l'attitude de l'Etat vis-à-vis de l'industriel”. Philippe Vignes se défend de ces accusations. Sur l'information, “je suis dans une démarche d'une totale transparence. Nous procédons à des analyses périodiques des rejets de la cheminée d'Aprochim. Ces données sont communicables. Nous les avons communiquées à l'association de riverains (Entre Taude et Bellebranche, Ndlr). Je suis surpris qu'on ait pu dire ensuite que l'administration n'était pas transparente puisque c'est moi qui aie donné ces résultats !” Il assure qu'il répondra “à celles et ceux qui le souhaitent, et si on me le demande, au fur et à mesure de la parution des analyses”.


Trois mesures techniques

De plus, “je récuse toute accusation de complaisance. L'entreprise doit respecter l'arrêté préfectoral”. Il rappelle la situation. “Au vu des derniers résultats, l'entreprise respecte les rejets en continu, mais pas les rejets en concentration. Elle ne respecte donc pas l'intégralité de ses obligations. Mais l'action de l'Etat se trouve en totale continuité à ce qui a été fait jusque-là. Lors du Coderst (du 18 avril), il a été proposé la suspension de l'activité de l'entreprise. Le Coderst avait rejeté cette proposition et demandé une tierce expertise, qui devait rendre ses conclusions fin août. Ce qui a été fait. Mes services ont analysé les choses, et ont conclu que trois mesures techniques peuvent être imposées à l'entreprise. C'est ce que je ferai par un arrêté de mise en demeure. Ces mesures techniques doivent améliorer le process pour limiter la pollution. L'entreprise aura un délai de quelques semaines pour les appliquer. On va rapidement s'apercevoir si cela marche ou pas. Après cela, l'entreprise devra respecter l'intégralité de l'arrêté préfectoral.”


Son projet d'arrêté sera présenté au prochain Coderst le 17 octobre.


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services