• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > A Craon, la dimension d'un projet de méthanisation les effraie
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 04-10-2013 - Frédéric Gérard

A Craon, la dimension d'un projet de méthanisation les effraie

ENERGIES

Des riverains de la parcelle où pourrait s'implanter l'usine de méthanisation de la SAS Oudon Biogaz, se sont regroupés en association. Le projet, porté par 85 exploitations du secteur de Craon, est trop grand et trop risqué à leurs yeux.

Les membres du bureau de l'Adtec : Frédérique Marciniak, Emmanuel Doisneau, Patrice Julien, Alain Ronsard, Pascale Julien.

Les membres du bureau de l'Adtec : Frédérique Marciniak, Emmanuel Doisneau, Patrice Julien, Alain Ronsard, Pascale Julien.


"Nous ne sommes pas contre la méthanisation”, annonce d'emblée Patrice Julien, président de l'Adtec. L'autre projet de méthanisation, dans la zone industrielle de Craon [lire ci-dessous], il le juge d'ailleurs “bien ficelé”. L'association de défense du territoire craonnais s'est constituée en juillet. Leur unique cible : le projet de la SAS Oudon Biogaz, constituée par 85 exploitations situées à une moyenne de 12 km de la future unité.


“Notre choix de vie, ici, ce n'est pas d'habiter à côté d'une usine”

“On a pris connaissance de ce projet de méthanisation par la presse, sans avoir été consultés, alors que nous serons juste à côté de cette usine”, raconte Alain Ronssard, dont le chemin se situe à quelques centaines de mètres de l'entrée de la parcelle (proche de la D229), où 30 à 40 camions par jour pourraient passer en 2016. Certains des 55 membres (revendiqués) de l'association avaient pourtant bien en tête les éléments du projet : ils sont agriculteurs. Certains avaient même participé à l'étude de faisabilité rendue en juin. Face à “la démesure”, Emmanuel Doisneau avait préféré se retirer.


“On est dans la surdimension, poursuit l'Adtec. Il faudra au moins 15 millions d'euros pour boucler leur projet. La production représentera 700 m3 de gaz par heure. Plutôt que ce vaste chantier financier, il serait préférable de développer une vingtaine de petits projets de méthanisation.”


D’autres aspects inquiètent l'Adtec. La proximité : “On n'a pas choisi de venir habiter ici [en campagne, entre Pommerieux et Chérancé] pour se retrouver à côté d'une usine, explique Patrice Julien. Et il risque d'y avoir des incidences sur la valeur de notre patrimoine immobilier.” Ancien commandant de gendarmerie, Frédérique Marciniak s'inquiète de la sécurisation du site. “Comment seront gérés les risques d'explosion ou d'incendie ? Quel sera le niveau de surveillance humaine ?


Lundi soir, une rencontre entre représentants de l'Adtec et de la SAS Oudon Biogaz n'a pas permis de gommer ces craintes. “Ils ont raison à tout, sauf à nos interrogations, rapporte Frédérique Marciniak. Ils savent qu'il n'y aura pas de bruit, pas d'odeur, pas de pollution... alors que le choix de leur process [industriel de méthanisation] n'est pas arrêté.” Plusieurs rendez-vous devraient permettre d'apporter davantage de réponses.


Frédéric Gérard


A noter :  Ce week-end à la foire de Craon, les agriculteurs qui portent le projet Oudon Biogaz auront un stand pour expliquer la méthanisation et leurs objectifs. L’Adtec, elle, devrait distribuer des tracts. Deux réunions sont aussi prévues : par Oudon Biogaz, jeudi 10 octobre à 20 h 30 salle du Mûrier à Craon, en présence d’élus des communes de Pommerieux et de Craon ; par l’Adtec, vendredi 18 octobre, 20 heures, maison commune des loisirs de Pommerieux.


++++

“Nous ne faisons que lancer le projet”


Le directeur général de la SAS Oudon Biogaz, l'un des agriculteurs à l'initiative du projet, précise la position des 85 exploitations associées sur la situation. Olivier Belseur précise que ce projet équivalent à 3MW électriques est le fruit d'une réflexion menée “pendant deux ans : on a cherché les meilleurs moyens de développer la méthanisation sur le secteur, sans que cela impacte notre temps de travail sur les exploitations, en mutualisant les risques pour nos investissements, et en cherchant la meilleure rentabilité. Nous avons abouti à l'injection de gaz en direct, même si nous avons cherché du côté de la “petite” méthanisation. Le lieu devait donc se situer le long de la canalisation GRT, au sud de Craon. Jusqu'au mois de juin, nous attendions les études de faisabilité, il était difficile de communiquer. Désormais, nous sommes en phase de développement. Nous allons pouvoir en parler davantage auprès des élus et des habitants. Même si nous n'avons pas encore les réponses à tout, puisque ni le process, ni le constructeur ne sont encore choisis.”


++++


500 kW derrière la Sara


A Craon, on compte deux projets de méthanisation : celui d'Oudon Biogaz, et celui de France Biogaz Valorisation. Ce développeur investit ici dans un projet de cogénération de 500 kW, soit la consommation électrique (hors chauffage) de 3 500 habitants. 3 500 KWH seront réinjectés dans le réseau électrique, la chaleur sera valorisée par l'usine de volailles Sara, qui se dédouanera à 100 % de ses besoins en gaz naturel. Huit agriculteurs (500 hectares) sont partenaires du projet. Zone de La Pépinière 2, le lancement des travaux est attendu début 2014, pour une mise en service en fin d'année. Reste à recevoir l'autorisation d'exploiter — dans les prochaines semaines ? L'enquête publique sur ce projet a lieu jusqu'au 16  octobre.



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services