• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Autres eco-gestion > L’Ucalm souffle sa 50e bougie dans la sérenité
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres eco-gestion - 20-06-2002

L’Ucalm souffle sa 50e bougie dans la sérenité

«Je crois qu’on pose sur nous un regard différent ». Gérard Budin, le président de Sodiaal, se dit optimiste. Après plusieurs années difficiles, les résultats du groupe coopératif sont à nouveau positifs. Quant au récent partenariat entre Yoplait et Paribas, le président n’hésite pas à le qualifier de « projet fédérateur ». Si Jean-Claude Dorbec, qui dirige le groupe depuis deux ans, n’a pas gommé toutes les inquiétudes des adhérents, il a visiblement gagné leur confiance. L’assemblée générale du cinquantenaire de l’Ucalm, vendredi 14 juin à Sillé-le-Guillaume, s’est déroulée dans un climat consensuel à l’image de la rétrospective présentée pour cette occasion, un film construit « pour ne blesser personne ».
Née en 1952, l’Ucalm, union des coopératives laitières du Maine, compte parmi ses piliers fondateurs la coopérative laitière du Mans, créée dès 1928 par un petit groupe d’agriculteurs qui avait des difficultés à écouler ses produits auprès des industriels du département. A ses débuts, la coopérative regroupe 326 sociétaires pour une collecte de 7 000 l de lait par jour. 20 ans plus tard, les quelques 3 000 adhérents livrent un volume supérieur à 100 000 l. C’était l’époque où les conseillers laitiers sillonnaient la campagne en moto.
L’Ucalm milite très tôt pour la qualité des produits. Après la guerre, elle est la seule société pouvant satisfaire aux normes imposées par l’armée américaine basée en France. La méthode de contrôle de la qualité du lait mise en place par la coopérative sert de base à la première grille de paiement du lait en 1951.
Le premier yaourt aux fruits, le Yola Royal, est produit à l’usine du Mans en 1962. Les années 60 marquent aussi le développement de la publicité. Une vache sarthoise, Pierrette, circule sur les Champs Elysées en autobus.
Parallèlement, l’Ucalm participe à la construction de la Sodima (1986) puis de Sodiaal (1989), premier groupe coopératif laitier français (10 % de la collecte nationale aujourd’hui) avec trois grandes marques : le yaourt Yoplait, la raclette Riches-Monts et le lait Candia. Le camembert Le Rustique rejoint le groupe en 1976 suite au rachat de la fromagerie Lutin par l’Ucalm.
En 1994, la Cam cède sa branche lait
Pour les Mayennais, l’histoire est plus récente. Elle remonte à 1994, date où la Cam, coopérative agricole de la Mayenne, cède sa branche laitière à la Colaima, coopérative adhérente de l’Ucalm. Mais en fait, les deux départements sont liées depuis l’origine. En 1948, en Mayenne, le ramassage de la crème en bidon était effectué par les épiciers de campagne et la collecte était acheminée les jeudis et samedis à l’usine du Mans. 1994 reste cependant une date clef dans l’histoire de la coopérative mayennaise qui parle à l’époque d’une « amputation inéluctable ». La Mayenne était en pleine expansion à l’instauration des quotas. Les entreprises puis la coopération ont dissimulé des paies de lait pour satisfaire leurs jeunes livreurs bloqués dans leur élan. Pour sa part, la Cam devait payer 56,4 millions de pénalités. Et cette dette exceptionnelle s’ajoutait aux déficits importants des filiales de la Cam. La coopérative devait céder son activité lait. En rejoignant la Colaima, les producteurs mayennais sont restés
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services