• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Aviculture > Peu d’annonces pour sauver 
la filière avicole
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Aviculture - 20-09-2013 - Antoine Humeau

Peu d’annonces pour sauver 
la filière avicole

POLITIQUE

La visite au Space du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, jeudi 12  septembre, ne semble pas avoir convaincu le monde agricole. Ses quelques annonces en faveur de la filière avicole ne devraient pas suffire à redonner le moral aux professionnels du secteur.

A l'issue d'une brève visite du Space, Jean-Marc Ayrault a annoncé notamment quelques mesures, essentiellement pour la filière avicole.

A l'issue d'une brève visite du Space, Jean-Marc Ayrault a annoncé notamment quelques mesures, essentiellement pour la filière avicole.


Ils étaient environ 2 000 éleveurs, salariés et dirigeants du secteur à former une chaîne humaine dans les allées du Space. Et ils ont attendu en vain le passage du Premier ministre pour lui faire entendre leurs revendications. Jean-Marc Ayrault s'est contenté d'un bref passage dans les allées du hall des animaux sous les sifflets et les huées du monde agricole, avant de se diriger vers le chapiteau pour y prononcer son discours. De quoi générer une énorme frustration dans les rangs des professionnels de la filière avicole.


Le Premier ministre n'est toutefois pas arrivé les mains vides. Parmi la kyrielle de mesures en faveur de l'agriculture, la plupart concernaient la filière avicole, fragilisée par la fin des aides européennes. Le secteur va bénéficier d'un plan d'action assorti de mesures d'urgence en faveur des accouveurs et des organisations de producteurs impactés par la fin des restitutions. 


Ces aides financières, d'un montant maximal de 200 000 euros par entreprise, doivent permettre “de résister et jouer dans les semaines à venir le rôle d'amortisseur entre les éleveurs et les entreprises d'abattage et de transformation”, précise le ministère de l'Agriculture. Mais les deux principales entreprises victimes de la suppression des restitutions européennes, Doux et Tilly-Sabco, ne pourront pas bénéficier de ces aides d'urgence. La première parce qu'elle est en redressement judiciaire, la seconde parce qu'elle a récemment bénéficié d'aides à la restructuration.


Recours à Bruxelles et simplification administrative


Le Premier ministre a aussi annoncé le dépôt d'un recours par le gouvernement contre la décision du 18 juillet de la Commission européenne d'anticiper la fin des restitutions aux exportations. Mais peut-il aboutir ?

Le gouvernement compte aussi accélérer la mise en place du “plan volailles” annoncé en avril. Il s'agit de soutenir l'investissement avec l'aide de France AgriMer et de BPIFrance pour être plus compétitif et aider à la modernisation des bâtiments d'élevage.


Enfin, l'Etat tentera de mettre en œuvre la simplification administrative “avec l'objectif de s'en tenir à la transposition des textes communautaires sans sur-transposition”. Pour les élevages de porc, le régime de simplification administrative devrait “être effectif d'ici un mois”. “C'est une bonne chose, nous allons gagner un an pour moderniser nos élevages au même titre que nos concurrents européens”, se réjouit le président de la FNP (Fédération nationale porcine) Jean-Michel Serres.


Antoine Humeau



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services