• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Gaël Gautier (JA) : “Pour la surprime aux 
50 premiers hectares mais avec une franchise”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 13-09-2013 - Frédéric Gérard

Gaël Gautier (JA) : “Pour la surprime aux 
50 premiers hectares mais avec une franchise”

Gaël Gautier est secrétaire général du syndicat national Jeunes agriculteurs. Avant de réorganiser son réseau, et de débattre de la loi d’Avenir pour l’agriculture, le syndicaliste sarthois défend ses positions sur la Pac, dans la dernière ligne droite.

 Gaël Gautier est secrétaire général du syndicat national Jeunes agriculteurs.

Gaël Gautier est secrétaire général du syndicat national Jeunes agriculteurs.


Quelle est votre position pour l’application de la réforme de la Pac en France ?
Depuis plusieurs années, on souhaite une politique qui défende les actifs, un soutien davantage axé sur les installations que sur les hectares. Nous sommes favorables à une surprime des 50 premiers hectares [paiement­ redistributif], dans ce sens: cela nous semble la meilleure voie pour soutenir l’élevage

C’est une prise de distance vis-à-vis des positions de la FNSEA?
La FNSEA ne trouve pas idiot le paiement redistributif, mais est plutôt sceptique sur la manière dont le ministre veut l’appliquer. Nous, nous sommes plus ambitieux et pensons que certains changements peuvent être encore apportés au projet du ministère.

Lesquels?
La transparence des actifs par exploitation. Nous l’avons obtenue pour les Gaec, mais uniquement jusqu’à trois associés. Dans tout type de sociétés, il faudrait pouvoir distinguer les actifs pour déterminer les soutiens à apporter, et ne pas prendre en compte les apporteurs financiers, bien sûr. Pour d’autres dispositifs d’aides, il existe une exigence administrative pour vérifier si l’agriculture est une réelle activité: pourquoi ne pas l’étendre à l’ensemble des dispositifs d’aides? Pour ce qui est de la surprime aux 50 premiers hectares, nous demandons une franchise sur les tout premiers hectares. Aider les toutes petites exploitations sans distinction serait catastrophique. Il ne faut pas reconnaître devant la Pac des exploitants pluriactifs qui tirent leurs revenus d’une activité extérieure. Les aides doivent être exclusivement destinées aux exploitations professionnelles. Ensuite, ce sera du cas par cas: il y a des doubles actifs non choisis, dans le cas d’installation progressive, par exemple.

Quels autres mécanismes vous semblent aller dans le bon sens ?
Le “Top up” est un coup de pouce pour les nouveaux installés. On espère qu’il sera utilisé au maximum, à 2% [majoration des aides du 1er pilier pour les installés depuis moins de 5 ans].Le maintien du couplage est aussi une bonne chose pour maintenir et relancer les productions animales; là aussi, il doit être maximal [13%]. Les 2% de recouplage supplémentaire pourrait être une bonne occasion de soutenir les protéines, à condition qu’il y ait un véritable plan national avec.

Vous voudriez doubler le nombre d’installations par an, en France ?
Le nombre d’installations aidées. Tous les ans, près de 10000 personnes de moins de 40 ans s’installent, mais un peu plus de la moitié seulement [5260 en 2012] répondent aux critères du dispositif d’aides. Nous voulons en faciliter l’accès, en maintenant, le PDE, l’étude économique, et le 3P [plan de professionnalisation personnalisé], tout en étant moins exigeants sur les formations.

Frédéric Gérard

Signaler un abus

Catégories : Sarthe syndicalisme

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services