• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Grandes cultures > Couverts : semer tôt pour détruire tôt
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Grandes cultures - 13-09-2013

Couverts : semer tôt pour détruire tôt

Cultures //// “On ne fait plus des couverts pour le réglementaire, mais pour le porte-monnaie. On s'occupe de l'intercultures comme de ses cultures”a expliqué Jean-Luc Lebenezic de Cam-Caliance. Pour cela, anticiper et réussir les semis est gage de réussite.

N’oubliez pas : un jour d’août vaut deux de septembre et quatre d’octobre.” Dans ces conditions, “le temps, c’est de l’argent”, explique Jean-Luc Lebenezic, de Cam-Caliance, lors de la journée Cam Expert (lire page 19). Son principal conseil est donc de semer les couverts végétaux le plus tôt possible après la moisson de blé ou de triticale pour profiter de l’humidité résiduelle. “Vous avez une fenêtre de 3-4 jours supplémentaires pour semer vos couverts ou vos dérobés. Je comprends : pour vous, la récolte, c’est un aboutissement, c’est fatiguant. Mais là, si vous le faites, vous avez gagné trois semaines.” Il cite un exemple, pourtant en année sèche : la récolte avait été terminée le 17 juillet, les couverts semés le 19. ”On avait de la phacélie et des tournesols en fleur le 20 octobre !” Pour préparer le sol, mieux vaut travailler peu profond, mais assurer un bon rappui derrière, avec un rouleau lourd (500 kg/m), type Cambridge ou Packer, pour avoir un bon contact sol-grain. Toutefois, tout le monde ne l'a pas fait, à cause des conditions météorologiques. “Avec ce temps sec, les gens attendent les premiers millimètres d’eau pour pouvoir semer.” Et heureusement, il est encore temps. Par ailleurs, les ensilages vont être anticipés à cause de la météo : cet inconvénient devient un avantage. “Derrière, on va pouvoir semer sitôt les ensilages réalisés.” Jean-Luc Lebenezic conseille d’implanter le mélange associant la phacélie, le radis Daikon et l’avoine rude (commercialisé comme Couversol Structure). “On peut le faire jusqu’à fin septembre, début octobre.” Les années où les ensilages sont tardifs, il faut tirer un trait sur la phacélie. On peut rester sur l’avoine rude et le radis, avec possibilité d’associer de la moutarde. “Les légumineuses peuvent être intéressantes, mais selon les secteurs, la réglementation ne l’autorise pas toujours comme couvert.”

Le roulage pour détruire

Pour la destruction, on peut se passer du chimique, estime ce technicien. “On préconise des destructions douces”, d’où l’intérêt d’implanter le plus tôt possible pour avoir une plante au stade de floraison au moment de la destruction. En passant avec un rouleau crénelé lourd et lentement (5 à 7 km/h), on casse le canal de sève de la plante. Le roulage est autorisé dans les Pays-de-la-Loire (mais pas dans les départements bretons). Celle-ci va se décomposer lentement, sur deux mois, tout en remplissant une fonction de paillage et de protection du sol pendant la fin d’hiver. “Avec l’apport de fumier en février ou de lisier en mars, on en profite pour réaliser un mulchage.” Pour faciliter la destruction du couvert, il faut tenir compte de la durée de vie de l’espèce au moment de son implantation.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services