• Suivez-nous :

accueil
Cultures > “Les gars y sont de 9h à 3h du matin”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Cultures - 09-08-2013

“Les gars y sont de 9h à 3h du matin”

La moisson reste le temps fort de l'agriculture. Pendant 10 jours, on engrange les récoltes de l'année. Le travail est intense et concentré. Pour réussir au mieux, il faut compter sur une bonne organisation. C'est le cas à Saint-Aignan-de-Couptrain (53), dans l'entreprise Gautier frères.

Le téléphone sonne en permanence au siège de l'entreprise Gautier frères, "et encore, ça se calme un peu. Dans deux ou trois jours, c'est fini" explique Sylvain Gautier, entre deux coups de fil, ce mardi 6 août. Depuis le bureau, il officie à l'organisation des chantiers, de 8h à 2h30, "les gars y sont de 9h à 3h du matin depuis jeudi". Une dizaine de jours de battages intenses. La flotte importante de l'entreprise composée de 11 moissonneuses avale 230 ha par jour.


Deux chauffeurs par machine

Pour tenir la distance sur ce rythme, les entrepreneurs appliquent une organisation bien rôdée. Chaque machine part avec deux chauffeurs, et un véhicule attitré. Sylvain Gautier y tient particulièrement. Le deuxième homme conduit la voiture qui ouvre le convoi agricole sur les trajets, mais ensuite, au champ, il est précieux. Quand il ne relaie pas le premier chauffeur, afin que ce dernier se repose, il peut contrôler la qualité du battage, les pertes, etc. Il peut donner un coup de main pour atteler/dételer les bennes, si besoin. "S'il y a une panne, la voiture est utile pour se déplacer. Et surtout, elle permet d'aller voir la parcelle suivante". Le chauffeur peut ainsi repérer la localisation précise du champ (il serait dommage d'avoir à faire demi-tour avec une moissonneuse...), voir s'il y a des obstacles à l'entrée dans la parcelle, etc. "On ne perd pas de temps sur la logisitique. On gagne en temps et en sécurité" poursuit Sylvain Gautier. Bien sûr, pour cette épreuve de résistance, il faut faire le plein d'énergie : "On ne mange pas de sandwiches, ici". Au siège, la grande table est dressée pour permettre à tous de se rassasier comme il se doit.


Météo à point

L'ambiance est bonne. Soulagée. "Depuis plusieurs années, on avait des blés mûrs et le mauvais temps nous empêchait de démarrer. Là, ils ont été tardifs, mais le beau temps de juillet a permis de rattraper. Heureusement, sinon, on battait au 15 août, avec des journées plus courtes !" Ici, les orages de fin juillet n'ont pas pénalisé les cultures, au contraire. Et les chantiers démarrent dès 11h30, plus tôt que d'habitude.

Dans le secteur (Nord-Mayenne/Sud-Orne), si c'est une année noire pour le colza,

les rendements de blé sont corrects, avec plus de paille que prévu, et de bonne qualité. Et des prix en baisse. De quoi rassurer les éleveurs.


Un logiciel gère tout à distance

Depuis trois ans, l'entreprise Gautier frères utilise un système de gestion des chantiers à distance. Le logiciel FaciliTime, élaboré par Digital DC System, est accessible à tous les chauffeurs depuis leur smartphone. Au bureau, Sylvain Gautier créé le planning, visualise ainsi les chantiers à venir, ou en cours. Dès que le chantier est terminé, le chauffeur indique les heures qu'il y a passées. "La facturation est automatique et le client reçoit la facture par mail en temps réel". Cela dit, l'agriculture dépend toujours d'imprévus. La gestion humaine reste cruciale pour fluidifier le planning au mieux : "J'ai toujours mon crayon à papier et ma gomme !" glisse le chef d'entreprise. "J'ai une machine qui s'arrête toutes les une ou deux heures". Il peut donc "réorienter" le planning en cas d'urgence.


http://www.digitaldcsysteme.com/

http://www.gautier-freres.fr/

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services