• Suivez-nous :

accueil
Loire-Atlantique > La SCIC Bois énergie 44 prend racine
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Loire-Atlantique - 02-08-2013

La SCIC Bois énergie 44 prend racine

Coopérative

La SCIC (1) Bois énergie 44 monte en puissance et deux ans après sa création, signe ses premiers contrats. La structure se compose de cinq collèges que sont les producteurs (agriculteurs, entreprises du paysage­ et professionnels du bois), les clients, les collectivités, les personnes morales associées (Chambre d'agriculture, Cuma, Civam 44) ainsi que les salariés.

“Il semblait difficile de mobiliser les agriculteurs si on n'avait pas des contrats d'approvisionnement à leur proposer” explique Nicolas Hazard, l'animateur de la SCIC, recruté en février dernier avec un profil commercial.

En juin, un premier contrat a été signé pour le complexe aquatique de Sainte-Pazanne, qui porte sur 450 tonnes/an. Les premières livraisons ont démarré fin mai. “Une filière locale se met en place avec une plate-forme de stockage et un site de séchage chez un agriculteur. C'est un prestataire qui s'occupe du déchiquetage” précise Nicolas Hazard.


Objectif : 2 000 puis 5 000 t

Après appel d'offres, la SCIC a aussi bon espoir de décrocher un contrat avec Nantes Habitat portant cette fois sur 1 000 t/an, dont la moitié serait sous-traitée avec une entreprise locale. La coopérative espère aussi être retenue pour chauffer le futur complexe aquatique de Nort-sur-Erdre, qui doit ouvrir en juin 2014. Elle lorgne enfin du côté de Châteaubriant où pas mal d'agriculteurs sont prêts à produire pour alimenter une grosse chaufferie (8 000 t cette année).

La SCIC achète du bois abattu, débardé ou déjà sous forme de copeaux verts qu'elle fait sécher plusieurs mois sous des hangars agricoles. Elle s'appuie dans cette mission sur ses associés du Civam, de l'Union des Cuma et de la Chambre d'agriculture. A l'automne, elle organisera pour les agriculteurs intéressés plusieurs journées d'information.

“La SCIC achète le bois aux agriculteurs sur la base de 57 €/t livré sur la plate-forme de sto­ckage : c'est un service clé en main qui s'offre à eux. On les encourage fortement à s'inscrire dans un plan de gestion pérenne du bocage sur au moins deux ans, pour garantir un approvisionnement régulier”. L'animateur poursuit : “rien que pour la CCEG (1), nous avons 700 tonnes à faire cet hiver. Il s'agit pour nous d'une période-test visant à mobiliser le maximum d'agriculteurs. Pour le Conseil général, l'objectif est d'atteindre 2 000 t cet hiver et 5 000 t l'an prochain”.

Signaler un abus

Catégories : Energie

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services