• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > La moisson et son inquiétante pauvreté en protéines des blés
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 02-08-2013

La moisson et son inquiétante pauvreté en protéines des blés

Pour les blés, la récolte commence à peine mais les taux de protéines sont mauvais. Ce qui va compliquer sérieusement la commercialisation dans le contexte d'une récolte abondante cette année.

Les premières parcelles récoltées.

Les premières parcelles récoltées.

En Pays de la Loire, la moisson se termine pour les orges. Elle est aux trois quart faite pour le colza mais commence à peine pour le blé. Premier­ constat, les bonnes conditions de fin de cycles ont sans doute fait beaucoup pour les rendements mais n'ont pas effacé l'automne calamiteux et le manque de soleil au printemps. Pour Nicolas Désert à la Cam, Philippe Vincent pour Agrial ou Gille Réot pour Anjou-Maine Céréales, ce sont les orges qui ont le mieux profité des conditions de fin de campagne avec des rendements plutôt corrects, “un peu en dessous des 70 q/ha en moyenne mais avec un très bon poids spécifique (67 kg/hl observé pour un seuil minimum exigé de 64 kg) et une bonne qualité générale.”


Des colzas très sales

Pour le colza, la moyenne devrait tourner autour des 30 q/ha et peut-être moins, avec une très grande hétérogénéité suivant les conditions d'implantation (très sèches au moment du semis puis excessivement humides pendant tout l'hiver). “Cela va de moins de 20 q/ha à 40. Les conditions de récolte ont été particulièrement difficiles du fait d'un salissement important de nombreuses parcelles. Ainsi, on trouve des taux d'impureté importants cette année. L'hétérogénéité de maturité entre les étages des plantes a pu être également source de pertes au champ ...” Mauvais rendement du fait des conditions climatiques donc. Attention aussi à la technique qui consiste à semer le colza avec des plantes compagnes. Celles-ci doivent geler pendant l'hiver et laisser une parcelle propre. Cette année elles étaient encore très présentes à la récolte. A tel point que certains agriculteurs ont choisi d'andainer le colza pour le battre plus facilement.


Le blé incertain

A regarder le peu qui a déjà été récolté (15 % en début de semaine), et la tendance qui se dessine plus au sud en région Poitou-Charente, les rendements seraient en léger recul par rapport à l'an dernier, mais les teneurs en protéines seraient inférieures à 11 %, seuil minimum pour que les blés soient commercialisables. Cette perspective inquiète sérieusement les organismes sto­ckeurs qui voient s'annoncer les difficultés de la commercialisation au moment ou les cours baissent devant les annonces de bonnes récoltes dans les grands pays producteurs. Ceci dit, les pluies du début de semaine, si elles ont de nouveau retardé la récolte des blés, ont été très bénéfiques pour le maïs et le tournesol en floraison.

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services