• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Guillaume Garot sur une exploitation de la Conf'
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 02-08-2013

Guillaume Garot sur une exploitation de la Conf'

POLITIQUE

Samedi 27 juillet, le ministre délégué à l’Agroalimentaire s’est rendu au Genest-Saint-Isle, près de Laval, sur l’exploitation de Pierre Messager, ancien porte-parole départemental et actuel porte-parole régional de la Confédération paysanne. Les tutoiements en témoignent, Guillaume Garot était en terrain connu. Mais pas conquis.

“Nous sommes dans un monde qui a besoin de changer de vue.” Pierre Messager plante le décor. Malgré l’ambiance détendue, Guillaume Garot et les éleveurs ne sont pas tout à fait en phase. Le premier tacle arrive à propos du foncier: “Attention aux grands travaux inutiles”, lâche le portre-parole régional, pointant du doigt le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.


“Regardez d'où nous partons”

“Avec votre collègue Stéphane Le Foll, vous allez avoir à prendre des décisions importantes”, sur la Pac, notamment, note Raphaël Bellanger, porte-parole départemental. “Plutôt que des aides, il est primordial de défendre une organisation de marchés, insiste Daniel Foucher, élu Chambre. Et s'il faut des aides, qu'elles soient mieux réparties: s'accrocher à des références historiques est un non-sens.”

Guillaume Garot se dit conscient de ces choses: “Mais regardez d'où nous partons… Nous avons déjà obtenu des compromis, sur la possibilité de majorer les 50 premiers hectares. Jusqu'ici, nous étions face à une politique du tout libéral, nous avons réussi à donner un coup d'arrêt à l'idéologie de dérégulation (à Bruxelles), par exemple, pour soutenir davantage les éleveurs, pour maintenir le maximum de structures”.

Reste à “revoir le dispositif installation national”, lance Vincent Guillet, précédent porte-parole. “En un peu plus de 10 ans, l'agriculture a perdu 35% des actifs. Et la politique de transmission manque d'anticipation.” “Nous voulons que le Gouvernement actuel, contrairement au précédent, fasse en sorte de maintenir le maximum d'exploitations, face à l'agrandissement, enchaîne Gérard Quinton. Il faut limiter l'éloignement des terres, qui rend impossible la mise en place de système cohérent. Et pourquoi pas, redonner la possibilité de reprise de terres, lorsque des actifs partent d'un Gaec, pour limiter la concentration d'hectares.” Le prix des terres est aussi une barrière à l'installation, met-il en avant.

“La logique de la loi d'avenir sera de maintenir le maximum d'emplois et de défendre la diversité en agriculture”, donne en réponse Guillaume Garot. “Poursuivez vos réflexions et exprimez-vous”, conseille-t-il aux militants. Ainsi, “quatre scenarios sont sur la table (pour adapter la réfonte de la Pac au niveau français: à chacun de se positionner”.

Une heure et demie plus tard, le ministre reparti, les conclusions tombent: "Discours convenu".

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services