• Suivez-nous :

accueil
Loire-Atlantique > Les vignerons vers la HVE
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Loire-Atlantique - 19-07-2013

Les vignerons vers la HVE

Certification

La fédération régionale des Vignerons indépendants a signé la semaine dernière une convention.

La fédération régionale des Vignerons indépendants a signé la semaine dernière, avec les chambres d'Agriculture de Loire-Atlantique et de Maine-et-Loire, une convention pour faciliter l'accès de ses adhérents à la certification environnementale des exploitations, dont le niveau le plus élevé est la haute valeur environnementale. “Après la Champagne, nous sommes le second vignoble à nous lancer dans le dispositif, qui est issu de la loi Grenelle 2 de l'Environnement­” explique Carmen Suteau, vigneronne à Barbechat (Loire-Atlantique) et présidente régionale des Vignerons indépendants (420 adhérents en Maine-et-Loire et Loire-Atlantique). Elle est aussi élue de la Chambre de Loire-Atlantique. “Un premier vigneron du pays nantais a été audité le 2 juillet pour le niveau 3 et devrait bientôt accéder au statut d'excellence, celui d'exploitation de haute valeur environnementale.”


Un socle, trois échelons

Les Vignerons indépendants ont engagé des formations sur le 3e et plus exigeant niveau, celui qui conduit à la certification HVE, appelée “passeport vers la certification environnementale”. De leur côté, les chambres d'Agriculture assurent déjà le conseil technique auprès de l'ensemble des viticulteurs. Cette convention va leur permettre de travailler de concert pour offrir aux vignerons une information claire, un accompagnement adapté et un accès simplifié aux démarches. “Nous aurons à sensibiliser les viticulteurs en leur présentant la certification environnementale et la préparation préalable au diagnostic” poursuit Carmen Suteau. “La certification proprement dite est délivrée par un organisme indépendant.”


Le niveau 1 recouvre les obligations réglementaires essentielles (exigences de base) et le niveau 2 des points de bonnes pratiques, qui portent sur 16 engagements d'amélioration environnementale. “Les vignerons qui, par choix, ne veulent pas aller vers la bio ont dans leur grande majorité, réalisé des efforts très importants en matière de biodiversité : maîtrise des produits de traitement, protection des cultures, respect de l'IFT (indice de fréquence de traitement), enherbement, variété des cépages, etc” conclut Carmen Suteau. “Ceux qui atteindront le niveau d'excellence pourront alors mieux communiquer sur leurs pratiques auprès du grand public.”

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services