• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > La situation s'embrase entre Lactalis
 et les producteurs de lait
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 19-07-2013

La situation s'embrase entre Lactalis
 et les producteurs de lait

Lundi soir 15 juillet, entre 250 et 300 agriculteurs, dont certains des départements limitrophes, sont venus devant le site de Lactalis à Laval, en Mayenne. Une vingtaine de tracteurs et de bennes ont déversé pneus et round-baller devant les grilles, puis bloqué le rond-point à l'entrée de la ville. L'action devrait s'inscrire dans la durée.

La semaine précédente, FDSEA et JA53 avaient organisé un campement sur ce même rond-point situé face au site Lactalis de Laval. Des agriculteurs de plusieurs départements et plusieurs laiteries s'étaient relayés pour que Lactalis revienne à la table des négociations. Jeudi 11 juillet, au ministère de l'Agriculture, les dirigeants ont rencontré les représentants des producteurs de lait, en présence du médiateur. Mais selon l'Unell, l'union d'OP mandatée pour négocier, “rien n'a été obtenu”. Ou tout au mieux “339 euros”. Quand les autres groupes vont payer autour de 345 euros, selon les syndicats.


“Vous avez trop promis”

Lundi soir, entre 250 et 300 producteurs sont revenus à la charge. Certains livrant à d'autres groupes ou coopératives. “Si Lactalis ne veut pas suivre les orientations de prix, on sait très bien que les autres laiteries vont abaisser leurs prévisions de prix”, expliquaient les manifestants. L'interprofession risquerait aussi de voler en éclats, ajoute Philippe Jehan, président de la FDSEA53.


Lactalis indique avoir annoncé à ses producteurs qu'il va payer “+40 € /1000 l dès le mois de juillet et sur le 3e trimestre, et de +50 €/1000l au 4e trimestre”. Mauvais calcul, répond Alain Cholet, président de la FDL49 (fédération départementale laitière). “Le prix du lait devrait normalement augmenter de 59 euros en juillet, août, septembre. Et sans avoir les chiffres exacts, on peut espérer plus pour le 4e trimestre.”

Lactalis fait valoir “de nouvelles négociations avec ses partenaires de la grande distribution”. Avec des trésoreries asséchées par la hausse des coûts de production, les éleveurs ne semblent plus vouloir écouter. “Vous n'avez plus la confiance des éleveurs, vous avez trop promis sans suite, comme les 5 euros fin 2012, que vous n'avez toujours pas rendus”, lance par téléphone Philippe Jehan à Claude Trévillot.


Suite des actions aussitôt, puis en justice ?

Les actions devraient se poursuivre, dès les prochains jours. “On demande à ce qu'au moins un camion de collecte soit bloqué par un canton par semaine, durant l'été, explique Benoît Faucon, co-président de JA53. Pour être opérationnel en septembre.” A cette date, “si rien n'a changé, ça risque d'être chaud sur le stand Lactalis, au Space”, renchérit Philippe Jehan.


Les éleveurs sont également invités à planter des pancartes “Lactalis voleur” dans leurs champs, au bord des routes principales, des autoroutes des vacances et de la RN12. “C'est une guerre d'image, ça va leur faire mal”, lance Benoît Faucon.

L'image est l'un des deux seuls leviers de pression que semblent encore détenir les producteurs face à un groupe de cette ampleur. Le second conduit à aller en justice. “On l'envisage”, indique Alain Cholet. “On va peut-être attaquer Lactalis pour non respect des clauses de contrat, sur les indicateurs de marchés, poursuit Philippe Jehan. Le médiateur a dit que le contrat n'était pas respecté. Si on gagne juridiquement, Lactalis devra rembourser tous les producteurs de France.”

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services