• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > “L'Apli, bouffée par les minoritaires”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 21-06-2013 - Antoine Humeau

“L'Apli, bouffée par les minoritaires”

LAIT

Quatre membres du bureau de l'Apli nationale sur huit ont démissionné en mars dernier. Une information, jusque-là tenue secrète, qui n'a été révélée que récemment.

Philippe Grégoire et Paul de Montvalon, en février dernier. Depuis, les deux hommes ne se parlent plus.



C'est un mail anonyme qui a révélé ces démissions en cascade. Les deux vice-présidents, le secrétaire, la trésorière, le dernier membre fondateur de l'Apli nationale ainsi que le vice-président de l'Office du lait ont tous quitté leurs fonctions. Des démissions qui interviennent un an et demi après celle du fondateur de l'association Pascal Massol. 


Tous dénoncent son mode de gouvernance. Cela faisait déjà un an qu'ils avaient constaté “des dysfonctionnements”, mais la situation semble s'être aggravée en janvier dernier avec les élections aux chambres d'agriculture. “On avait voté en conseil d'administration (CA) le principe de l'indépendance de l'Apli, raconte Philippe Grégoire, éleveur en Maine-et-Loire et vice-président démissionnaire. Il était acté que toute personne souhaitant se présenter sur une liste aux élections Chambre devait démissionner de ses fonctions à l'Apli”. Problème, Richard Blanc (Nord) et Boris Gondouin (Meuse) se sont présentés sur des listes Coordination rurale, et le second a été élu (pour démissionner immédiatement après de son tout nouveau mandat). “Les votes du CA ne sont pas respectés !” s'indigne Philippe Grégoire.


Autre motif de colère, le cumul des mandats, tant critiqué quand il s'agit de la FNSEA. Ainsi, Richard Blanc est à la fois vice-président de l'Apli nationale, représentant de l'Apli à l'EMB et président de Fair France (lait équitable). Le président de l'office du lait Paul de Montvalon est président de France Milk Board national et de France Milk Board Grand-Ouest. “Où sont passés tous nos grands principes du début?” s'interroge encore Philippe Grégoire : “L'Apli, c'est parti au départ comme un coup de fusil, à toute vitesse, mais on s'aperçoit qu'au final il n'y a aucune règle.” “Je ne suis pas membre du CA de l'Apli ni de Fair France où je n'ai un droit de regard qu'en tant que président de l'Office, répond Paul de Montvalon. Il y en a parmi les démissionnaires qui cumulent plus de deux mandats! Et si certains veulent venir prendre des responsabilités, pas de problème!”


“L'Apli est en phase terminale”


Le fondateur de l'Apli Pascal Massol, démissionnaire en novembre 2011, est tout aussi sévère : “Il se passe exactement ce qu'on avait dit qu'il se passerait quand j'ai démissionné avec une dizaine d'autres personnes, on parlait de règlement, que l'on ne respectait pas.” Pour lui, l'Apli s'est purement et simplement “fait bouffer par les syndicats minoritaires, notamment la Coordination rurale qui n'a pas eu les Chambres aux dernières élections mais qui a eu l'Apli”. Pour Pascal Massol, “l'Apli est en phase terminale, elle ne peut plus fonctionner parce qu'il n'y a plus d'adhésions, donc plus d'argent qui rentre”.


L'Office du lait, présidé par Paul de Montvalon est aussi très vivement critiqué : “Il n'y a pas eu d'assemblée générale depuis novembre 2011”, dénonce par exemple Philippe Grégoire. “On avait voulu en tenir une fin 2012 – début 2013, mais on était en pleine préparation des dossiers pour être reconnu OP, on a donc décidé en CA de reporter l'AG à septembre prochain”, se justifie Paul de Montvalon.


Concernant l'organisation de producteurs France Milk Board, qu'il préside également, “son fonctionnement est tellement dégradé que les comptes bancaires sont bloqués” s'insurge le président de l'Apli 49, démissionnaire. “Totalement faux”, riposte Paul de Montvalon. Les comptes seront présentés dès mardi prochain 25 juin, lors de la prochaine assemblée générale, qui s'annonce mouvementée.


En tout cas, le torchon brûle si vivement que la président de l'Office du lait menace à demi-mot d'attaquer en justice tous ceux qui poursuivraient leurs attaques portées contre lui. De son côté Philippe Grégoire, qui a aussi quitté ses fonctions de président de l'Apli 49, annonce vouloir créer une nouvelle structure, “dès septembre prochain, d'ici la fin de l'année au plus tard”.


Antoine Humeau



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services