• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > “Les produits labels peuvent répondre aux nouvelles attentes des consommateurs”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 14-06-2013 - Christophe Zapata

“Les produits labels peuvent répondre aux nouvelles attentes des consommateurs”

PHOTO : Pascale Hébel, directrice du département consommation du Credoc (1), intervenait le 7 juin au congrès national des labels de qualité.



Les produits alimentaires sous signe de qualité n'échappent pas aux effets de la crise. Le pouvoir d'achat des Français est touché mais c'est leur pessimisme et leur défaitisme qui rejaillissent le plus dans leur comportement d'achat. “Les Français réduisent leurs dépenses de consommation, mais ils ne recherchent pas nécessairement le prix le plus bas car ils n'ont pas confiance.” 


“Depuis la crise de l'ESB, les Français se sont persuadés que ce qu'ils mangent a un impact sur leur santé. Même s'il n'y a pas de mortalité due à l'alimentation, ils veulent acheter en confiance. Ainsi, disposant de moins d'argent et n'acceptant pas de manger n'importe quoi, ils se rabattent sur les produits de base (riz, pâtes, etc.) ou préfèrent substituer (manger des œufs à la place de la viande).” 


La mise en place de la traçabilité des aliments a été poussée en France plus loin que dans aucun autre pays au monde. Malgré cela, on fait davantage confiance à l'agriculteur local et au commerçant de proximité. Les labels sont donc bien positionnés pour répondre à l'attente des consommateurs. Mais tout n'est pas gagné.


Priorité à la santé


Les Français sont rassurés sur le risque sanitaire, mais ils pensent qu'ils s'alimentent mal ou de façon déséquilibrée. “Aujourd'hui, quand on demande ce qu 'évoque le “bien-manger”, on obtient moins de réponses “bons petits plats” ou “repas partagés en convivialité” que “manger équilibré”. “Le slogan “cinq fruits et légumes par jour” a marqué les esprits et comme cela n'est possible que pour une minorité, la plupart des gens pensent qu'ils mangent mal.” 


Aussi le critère santé prend le pas sur la qualité gustative dans le comportement d'achat des consommateurs. Mais c'est un défi que les labels sont capables de relever. Il faudra alors qu'ils se préoccupent des jeunes générations “qui ne consacrent à l'alimentation que 8 % de leur budget, encore moins que l'ensemble de leurs aînés.”


Christophe Zapata



(1) Credoc : Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie.

Signaler un abus

Catégories : Diversification

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services