• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Mobilisation contre Carrefour, lundi dernier, dans l'Ouest
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 07-06-2013 - Frédéric Gérard

Mobilisation contre Carrefour, lundi dernier, dans l'Ouest

PRODUITS CARNES

Une mobilisation commune aux syndicats FDSEA et JA du très Grand-Ouest a visé plusieurs enseignes Carrefour, lundi dernier. L'accès aux parkings de ces magasins était barré par des tracteurs et amas de terre, pneus, ferrailles, etc.

PHOTO : Lundi 3 juin, de 9h à 14h, une trentaine d'éleveurs de la FDSEA et des JA ont bloqué le parking de Carrefour à Laval, afin de faire pression sur une enseigne qui "fait la sourde oreille" sur le pied de facture, et notamment une hausse de 25 ct/kg de porc.



"Carrefour est la seule enseigne à être restée silencieuse sur le pied de facture", justifiait Mickaël Guilloux, président de la section porcine mayennaise. Les indépendants Leclerc et Super U se seraient montrés moins réticents…


Les producteurs voient dans ce pied de facture le moyen de garantir leurs marges en fonction du prix de matières premières, en particulier pour les producteurs de porcs et les aviculteurs, dont l'alimentation représente entre 65 et 70% des coûts de production.


Valoriser l'origine


Derrière les annonces du Salon de l'Agriculture - "Nous allons faire du 100% Français" (en viande bovine), disaient alors les distributeurs, au lendemain de la révélation du scandale de la viande de cheval dans les lasagnes-, les éleveurs attendent toujours une reconnaissance de l'origine France. Les syndicats réclament l'étiquetage d'origine, les logos VPF, VBF et Volaille française. Mais aussi, ajoute Mickaël Guilloux,

"la distinction, avec un rayonnage spécifique, des produits 100% français".


Les éleveurs de porcs espèrent que la nomination du médiateur, la semaine passée, permette de débloquer la situation. "Il nous faut 25 ct en urgence !" Des discussions sont d'ores et déjà relancées ; elles étaient restées dans l'impasse, dans le cadre de l'interprofession. Les éleveurs espèrent que la solution sera trouvée avant le 23 juin, date de "la transhumance des agriculteurs" vers Paris, initiée par la FNSEA.


Frédéric Gérard



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services