• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Les Fermiers de Loué refusent le défaitisme ambiant
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 07-06-2013 - Christophe Zapata

Les Fermiers de Loué refusent le défaitisme ambiant

VOLAILLES LABEL

Lors de leur assemblée générale la semaine dernière au Mans, les Fermiers de Loué ont reçu le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, et le PDG de Système U, Serge Papin (1).

PHOTO : Lors de l'assemblée générale des Fermiers de Loué, Denis Lambert (à gauche) et Alain Allinant (2e à droite) ont présenté un nouvel arrivant dans le groupe LDC : la coopérative AN Elaborados, représentée par son président et son directeur.



Un rapide tour des acteurs de la filière de Loué récapitule les progrès réalisés et les projets en cours dans chaque entreprise : un projet de recyclage des œufs fêlés ou cassés en pet-food chez Sacofel­ et le renouvellement de sa calibreuse l'an prochain, des taux d'éclosion améliorés à la Safel ou la prise en compte du dé­ve­lop­pement du “drive” au Cavol, ce qui oblige à préparer des produits à poids fixe ! De même, Martine Cottin, signale l'intérêt de la coopérative pour la vaccination “in ovo”, c'est-à-dire la vaccination sous cutanée du poussin alors qu'il est encore dans l'œuf trois jours avant l'éclosion.


Les éoliennes entrent
 en fonction cette année


Sur le plan commercial, la volaille de Loué se taille 32 % de part de marché, largement en tête devant tous ses concurrents en label, et les œufs, 56 %. Il n'y a guère que le surcoût du soja non-OGM -qui est passé de +5 €/t en 2004, à + 80 €/t aujourd'hui- et les variations du prix des céréales qui puissent assombrir le tableau. Mais Yves de la Fouchardière rappelle l'investissement de 17 millions d'euros dans le projet d'éoliennes qui vont entrer en fonctionnement cette année. “Loué sera la première marque de l'agroalimentaire à produire autant d'énergie qu'elle en consomme” souligne-t-il, avant d'évoquer l'organisation du démontage des anciens bâtiments d'élevage et la mise en décharge des matériaux à l'amiante avec le fonds d'aide Cafel (auquel Groupama participe). Loué se veut économiquement efficace et écologiquement irréprochable.


“Trouver des solutions locales”


Fort de ce constat, Alain Allinant a voulu dénoncer le climat de morosité ambiant et appeler les adhérents à considérer le positif : “Il y a certes, la mise en production excessive par certains producteurs sans soucis de l'équilibre du marché, des investissements malheureux dans le secteur de la viande des deux fonds financiers agricoles Unigrains et Sofiprotéol, ou encore une fraude récente portant sur 10 millions d'œufs bio, mais il y a aussi notre responsabilité pour trouver des solutions locales.”


Loué a réussi à mettre en place le contrat filière confiance pour autoproduire à un prix “acceptable” les céréales nécessaires à l'alimentation de ses volailles. Vis-à-vis de la grande distribution, “nous savons que nous lui sommes redevables du formidable dé­ve­lop­pement de nos productions. Mais ce sont les animations en magasins qui ont changé notre regard sur le métier du chef de rayon ou du commercial de LDC. Cela a fait naître un respect mutuel”. 


Cela ne l'empêchait pas d'interpeller Stéphane Le Foll sur les effets de l'écotaxe sur les transports, bientôt imposée en France et qui pénaliserait une volaille française à chacunde ses 8 transports, quand une volaille étrangère vendue en France ne la supporterait qu'une seule fois, à son entrée sur le territoire.


Christophe Zapata



(1) Lire aussi : Stéphane Le Foll souhaite des solutions concertées ici

( 2) Lire aussi Serge Papin sur les prix ici

Signaler un abus

Catégories : Aviculture Sarthe

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services