• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Elie Cohen : "On pourra faire difficilement plus mal qu'on ne fait aujourd'hui"
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 07-06-2013 - Christophe Zapata

Elie Cohen : "On pourra faire difficilement plus mal qu'on ne fait aujourd'hui"

CHAMP LIBRE

PHOTO : Elie Cohen est conomiste. Il intervenait à l'assemblée générale d'Agrial le 31 mai. 



"La croissance mondiale ralentit. La zone euro tire l'économie mondiale vers le bas, et la France tire la zone euro vers le bas.” Elie Cohen dresse une situation pour le moins pessimiste de la France. “On voit que le chômage a progressé de 12 % en 2012 en France. Vis-à-vis de l'Europe, cela fait 10 ans que la France ne tient pas ses engagements en matière de déficit. L'Allemagne nous fait remarquer que nous n'avons pas de statut particulier mais la Commission européenne consciente que c'est perdu d'avance pour 2013, nous donne 2 ans de plus pour revenir en dessous des 3% de déficit budgétaire.” 


Pour redresser les finances, il n'y a que deux solutions : diminuer les dépenses et augmenter les recettes. Comme la priorité est de reconquérir de la compétitivité, il n'est plus question d'alourdir les charges sur le travail. Reste à taxer la consommation (TVA) -prudemment pour ne pas bloquer la consommation- ou les revenus ... plutôt par la CSG que par l'impôt sur le revenu car celui-ci perd 40 % de son efficience dans les niches fiscales. Tout cela est connu.


Reconquérir de la compétitivité


“ En France, la production industrielle n'a cessé de baisser depuis 1999 pour arriver à une situation pire qu'en Grande-Bretagne, c'est dire !” L'agroalimentaire reste un secteur bénéficiaire important, juste derrière l'aéronautique, mais qui, de deuxième derrière les USA est aujourd'hui dépassé par l'Allemagne et les Pays-Bas. 


Le succès de l'agroalimentaire français n'est plus porté que par les vins et les céréales. “Le coût salarial en France est supérieur au gain de productivité. Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) réalise, certes, une baisse de cotisations sociales, mais reste insuffisant.” Alors il faut compter sur la croissance des besoins alimentaires de la planète qui redonnera de la compétitivité à la production française. “ Mais je ne m'explique pas que nous soyons aussi mauvais sur le fromage !


Christophe Zapata



Signaler un abus

Catégories : Export

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services