• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > François Dusannier : "Nous rendons service à la collectivité et à l'agroalimentaire"
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 07-06-2013 - Antoine Humeau

François Dusannier : "Nous rendons service à la collectivité et à l'agroalimentaire"

CHAMP LIBRE / Agriculteurs composteurs

PHOTO : François Dusannier, est agriculteur et gérant de la société Agriopale. Il est président d'Agriculteurs composteurs de France (ACF). L'association, qui rassemble une soixantaine d'adhérents en France, fêtait ses dix ans le 31 mai à Cizay-la-Madeleine (Maine-et-Loire). 


Qui sont les agriculteurs composteurs ? 

Il faut être à la fois agriculteur et propriétaire de son entreprise. A l’origine, on voulait répondre à un besoin de matière organique. Aujourd'hui, nous produisons un compost normé (sinon il ne peut pas être vendu). Nous avons aussi élaboré une charte des bonnes pratiques. On se voit quatre fois par an sur un site différent. Aujourd'hui, le défi est la captation du gisement de biomasse. On rend un service à la collectivité, et aussi aux industries agroalimentaires dont on recycle les déchets. 

Est-ce difficile de devenir composteur ? 

Il y a deux types de compostage. Certains en font en bout de champ, de façon amateur. Notre activité est plus professionnelle, avec environ 5 000 m2 de plateforme et 500 000 euros d'investissement. Nos installations ont une certaine taille,c’est nécessaire pour faire un travail de qualité. Il faut avoir un marché en face, tout le monde ne peut pas se lancer. Face à nous, il y a les mastodontes, les industriels tels que Veolia ou Suez et ceux qui viennent des travaux publics. 

Qui peut venir vous rejoindre ?

On est ouvert à toute candidature, les exigences sont le respect des aspects réglementaires, le partage de notre éthique et l'approbation de l'agriculteur composteur le plus proche géographiquement. Il doit être consulté et il a droit d'opposer son veto. 

La méthanisation est-elle la voie d’avenir ?
 
La méthanisation est une bonne réponse pour valoriser des matières complexes, mais c'est un investissement très lourd, il faut être sûr de conserver le gi­sement pendant des années. Le compostage de la matière organique, c'est plus simple. Mais on va aussi vers le bois énergie, le granulé, la brique forestière etc. On expérimente aussi la gazéification, qui permet de détruire de la matière en chauffant à 800° sous maîtrise d'oxygène, sans flamme.

Antoine Humeau


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services