• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Ils ont décidé de produire moins 
pour gagner mieux, par actif
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 31-05-2013 - FG

Ils ont décidé de produire moins 
pour gagner mieux, par actif

Lorsque leur fils s’est installé en 2010, Marie-Annick et Serge Audouin ont accepté de suivre son orientation : Thibault a arrêté les bœufs (15 par an), est passé en bio, et s’est appuyé sur un pâturage tournant à l’année.

"On est ici sur un système classique mayennais. On l’a simplifié et cherché l’autonomie au maximum, afin de rémunérer au mieux le travail par UTH.” L’idée paraît simple, et Thibault Audouin veut montrer qu’elle tient la route.


Suppression d’intrants

L’ancien conseiller de gestion a fait ses calculs. Avant son installation, la facture d’achats d’engrais, de semences, de produits phytosanitaire et d’aliment s’élevait à 35 000 euros (chiffres 2009). Aujourd’hui, elle ne représente plus que 3 000 euros. Et se compose désormais des achats de semences, essentiellement. “La production globale n’a, elle, baissé que de 25 %.” En 2009, ses parents produisaient encore 220 000 litres de lait contre 197 000 litres aujourd’hui (le quota de l’exploitation est depuis l’installation du jeune éleveur de 300 000 litres).

Cette baisse est compensée par le passage de l’exploitation en bio. Le maïs a rapidement été écarté, et l’ensemble est géré dans le souci de simplifier le travail mais aussi de limiter les coûts de mécanisation. Jusqu’en 2010, année de l’installation de Thibault, le parcellaire se divisait en quatre quarts, en maïs, blé, RGI 18 mois et prairie RGA+TB. Aujourd’hui, le système repose sur des prairies multi-espèces à 75 %, complétées par du “mélo” (triticale/pois).


Un chargement élevé

“On se limite à 45 vaches, pour pourvoir consacrer 15 hectares aux céréales. Les vaches sont dehors toute l’année… sauf cet hiver, comme partout. Elles ont passé deux mois à l’étable. Le stock de foin (une année d’avance pratiquement) nous a permis de passer assez bien l’hiver.” Malgré les sols détrempés, durant des semaines, les éleveurs ont pu aussi respecter leur chargement, assez élevé (1,45 UGB/ha sur les trois dernières années). “On a des terres propices au pâturage”, confirme Serge, le père, désormais en retraite- le Gaec est composé de Thibault et de Marie-Annick. Toutes les prairies ont par ailleurs moins de trois ans.

“On essaie aussi de limiter le nombre de génisses pour s’assurer suffisamment d’alimentation”, poursuit le fils. Dix-huit vêlages sont désormais effectués à l’année, tout de même. Les meilleures sont gardées. Thibault s’est aussi lancé dans le 100 % IA, par “sécurité” - “On en a fait quelques-unes avec des semences sexées” - mais aussi (et toujours) par “simplicité”. Il peut aussi profiter du travail sur la génétique, réalisé par ses parents ; “on a été 20 ans à l’Upra”, appuie Serge. Aujourd’hui, le troupeau de Normandes est cependant en partie croisé avec des taureaux Charolais, à hauteur d’un tiers environ, pour essayer d’avoir une meilleure valorisation des mâles et de la viande de réformes.

L’une des conditions sine qua non de la réussite future viendra du climat : pour que la moyenne de production par vache avoisine les 5 000 litres, le troupeau devra pouvoir pâturer au maximum l’hiver, et la récolte atteindre 70 tonnes de “bon” foin.


Bon départ

“De plus en plus en retrait”, en vue de sa retraite, Marie-Annick et son mari Serge, qui l’est déjà, ont fait confiance à leur fils pour modifier le système d’exploitation. Pour l’instant, cela semble fonctionner : l’EBE est de 86 500 euros, la marge aux 1 000 litres de 452 euros (1). Il faudra désormais attendre quelques années pour savoir si l’objectif est pleinement atteint : “Faciliter la transmission, sans investissements supplémentaires.”

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services