• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > La Confédération paysanne se renouvelle et mise sur l’élevage
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 31-05-2013

La Confédération paysanne se renouvelle et mise sur l’élevage

La Confédération paysanne a renouvelé presque entièrement ses instances représentatives en élisant, jeudi 23, mai un nouveau secrétariat national composé uniquement d’éleveurs. Tout un symbole, car c’est sur les productions animales que vont se concentrer les prochaines actions du syndicat.”On va continuer la campagne commencée pour sauver l’élevage”, explique Laurent Pinatel, le nouveau porte-parole. Dans ses statuts, le syndicat oblige à ne pas faire plus de quatre mandats dans une carrière, ce qui a entraîné ce renouvellement. Mais si les têtes changent, “il n’y a pas de rupture avec l’équipe sortante”, explique-t-il, inscrivant sur la liste des grands enjeux la loi d’avenir agricole, ainsi que les négociations sur la réforme de la Politique agricole commune (Pac).”On va mettre beaucoup d’énergie pour avoir une Pac plus redistributive, qui valorise mieux le travail des éleveurs”, avance-t-il, car,”c’est par l’élevage qu’on pourra maintenir des paysans sur tout le territoire”, et même créer du travail :”Il y a un gisement d’emplois formidable dans l’agriculture, par la création de valeur ajoutée et la relocalisation.”


Philippe Collin, porte-parole sortant, a d’ailleurs passé la main en montrant l’exemple : il est en train de créer un atelier d’élevage de vaches laitières avec transformation fermière sur son exploitation céréalière, ce qui permet à deux jeunes de s’installer.


Un éleveur laitier comme porte-parole

Le nouveau visage de la Confédération paysanne, Laurent Pinatel, a 42 ans. Il est producteur de lait et de viande bio en Gaec avec trois associés à Saint-Genest-Lerpt, près de Saint-Etienne (Loire). Installé depuis 1995, sur les 275 000 litres de quotas de la ferme, 22 000 sont destinés à la vente directe, dont une partie est transformé en yaourts et fromages blancs. Une vingtaine de vaches allaitantes sont également élevées sur l’exploitation, avec transformation et vente directe de la viande.

C’est la crise laitière de 2009 qui l’a poussé à s’impliquer au niveau national en participant à un épandage de lait qui lui a valu des poursuites en justice jusqu’à l’année dernière.”Aucune charge n’a été retenue contre moi, la justice a reconnu la légitimité de notre action”, ajoute t-il.


Outre Marie-Noëlle Orain (44) et Laurent Pinatel, le secrétariat national est composé de Laurent Leray, producteur de lait, de volailles et d’œufs dans l’Orne ; de Mikel Hiribarren, éleveur et producteur fermier de brebis laitières en GAEC en vente directe au Pays Basque ; de Josian Palach, éleveur de vaches laitières et producteur de légumes en circuit court dans le Tarn-et-Garonne ; de Judith Carmona, paysanne dans un GAEC bovins allaitants bio, canards, transformation, vente directe dans les Pyrénées-Orientales ; et de Claude Cellier, céréalier et éleveur de porcs dans la Marne.

Signaler un abus

Catégories : syndicalisme

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services