• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Le traitement des cultures,
une affaire de spécialiste
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 17-05-2013

Le traitement des cultures,
une affaire de spécialiste

Phytosanitaire ////

La réglementation durcit les conditions pour pouvoir traiter ses cultures au point que de plus en plus d'agriculteurs confient cette tâche à des entreprises spécialisées.

Jean-Yves Leclerc, agriculteur à Meslay-du-Maine (Mayenne) s'est constitué en entreprise de travaux pour le triage des semences à façon et les traitements phytosanitaires. Il a investi dans un automoteur à cabine pressurisée avec filtres à charbon actif et rampe frontale. La gestion de la pulvérisation dans la parcelle est guidée par GPS. “Le client me donne sa surface, le produit et la dose qu'il veut mettre et je lui calcule la quantité exacte de produit nécessaire. Et ça tombe juste, rinçage compris. Avant, on mettait 10-15 % en plus pour parer à toute éventualité, un peu plus de recroisement ou autre. Avec le GPS qui coupe la pulvérisation par tronçon, les doublons sont limités au minimum et on applique strictement la quantité voulue. De même, lorsqu'il y a mélange de plusieurs produits, j'ai une application qui me dit immédiatement s'il est autorisé réglementairement.”


S’assurer que le traitement atteint sa cible

Avec l'augmentation du coût des produits, les agriculteurs choisissent des doses plus faibles que la dose d'homologation. Raison de plus pour s'assurer que le traitement atteint sa cible et uniquement sa cible. Jean-
Yves Leclerc se place dans les meilleures conditions pour opérer, lorsque l'hygrométrie est importante le matin de très bonne heure ou le soir tard. La rampe frontale parfaitement éclairée lui permet d'être opérationnel la nuit et de détecter le moindre problème en pulvérisation. Buses antidérives le plus souvent ou buses pinceaux pour les traitements en ultra-bas volume. Pour garantir un rinçage suffisant, il a installé une cuve d'eau de rinçage trois fois plus grande que la cuve réglementaire.


Mais la technique n'a pas dit son dernier mot et Jean-Yves Leclerc attend avec beaucoup d'intérêt les systèmes à injection directe qui permettront une pulvérisation encore plus propre et plus sûre. Ceci dit, “cela ne doit pas empêcher les agriculteurs de mettre la chance de leur côté, en allongeant la rotation, en cultivant des mélanges de plusieurs variétés de blé -de précocité et de hauteur semblable- pour réduire la pression des maladies ou en couvrant le sol le plus longtemps possible avec des couverts pour empêcher le développement des adventices, chose que je pratique avec satisfaction sur mes terres.”

Signaler un abus

Catégories : Environnement

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services