• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Des actions en vue pour répondre au “ras-le-bol” général des filières d’élevage
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 17-05-2013

Des actions en vue pour répondre au “ras-le-bol” général des filières d’élevage

SYNDICALISME

Lundi soir, à l'appel de la FNP (fédération des producteurs de porc), une action a conduit plusieurs camions frigorifiques à être vidés de leur contenu, au péage de la Gravelle.

“C'était avant tout sur le porc, mais aussi sur la volaille”, insiste Philippe Jehan, président de la FDSEA et de la section volaille. “LDC, Gastronome, Agrial maintenant... Toutes les entreprises appliquent une baisse des contrats.” Et puis il y a la filière laitière, dans laquelle les hausses n'ont toujours pas été appliquées sur la paie d'avril. “Dans l'ensemble des filières animale, on sent un ras-le-bol !” D'autres actions devraient avoir lieu prochainement, en priorité envers la grande distribution, a annoncé le syndicat.


“Attentifs aux promesses”

“Nous sommes attentifs à toutes les propositions.” FDSEA et JA indiquent ainsi qu'un courrier va être envoyé à l'ensemble des enseignes de la grande distribution en Mayenne, hard-discount compris, pour que “des actes concrets” sur le prix du lait soient réalisés. Quant à la porposition de Système U d'augmenter de 30 ct le kilo de porc: “C'est de la communication, puis que U ne peut agir que sur le frais. Ils n'ont pas d'abattoirs. Donc, au global, compte tenu des proportions du frais et de la charcuterie dans les rayons, cette hausse ne serait que de 6 ct.”

Les responsables syndicaux estiment que parmi toutes les annonces faites ces dernières semaines, “deux promesses sont importantes pour la Mayenne: les répercussions de hausses des matières premières en lait et en porc, et la politique de traçabilité annoncée par Guillaume Garot”. Philippe Jehan ne croit en fait que dans un “pied de facture” ou “une surtaxe aliments”. “Mais selon Leclerc, ce serait un non-sens économique...”


Des rencontres devraient également avoir lieu avec les dirigeants des entreprises locales. “On va demandé à Gilles Huttepain si ce sont les producteurs qui doivent payer le rachat et la restructuration des entreprises. On veut rencontrer Dominique Langlois pour comprendre pourquoi les produits de SVA ne portent pas le logo VBF.” Quant à Socopa: “On s'interroge sur l'avenir d'un outil qui ne tourne plus qu'avec 20% de porcs en provenance de la Mayenne”.

Signaler un abus

Catégories : Mayenne Porcs

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services