• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Terrena : innovation rime 
avec différenciation
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 10-05-2013

Terrena : innovation rime 
avec différenciation

Le groupe coopératif investit 2,5 M€ par an dans la recherche et le développement en amont. Il a créé l'an dernier Terrena innovation, une force de frappe regroupant l'ensemble de ses équipes qui travaillent sur l'innovation en agriculture.

A la base, il y a l'agriculture écologiquement intensive, qui perçoit l'environnement comme un levier d'innovation plutôt qu'une contrainte. “L'innovation vient le plus souvent­ des agriculteurs par l'observation et la recherche de nouvelles pistes” explique Gérard Guilbaud, producteur de taurillons et de volailles­ certifiées à Chéméré (Loire-Atlantique­) et président du comité organisateur des Terrenales à la ferme. Il classe les Sentinelles de la terre en trois catégories : “Ceux qui expérimentent très en amont mais un peu dans la confidentialité, ceux, plus nombreux, qui ont déjà validé des expériences sur des parcelles plus grandes, et ceux davantage tournés vers les consommateurs.” D'une trentaine l'an dernier, Terrena va bientôt atteindre les 70 contrats signés avec ses Sentinelles de la terre, sur une vingtaine de sujets. Ces agriculteurs jouent un rôle essentiel dans l'expérimentation de nouvelles techniques issues de l'AEI. Pour les accompagner au mieux, Terrena lance cette année un fond de partage du risque innovation, doté de 500 000 euros, qui est en test pour deux ans. “Pour crédibiliser l'innovation, il faut la mettre tout de suite en situation d'exploitation réelle chez des agriculteurs pilotes” explique Alain Guillemin, le directeur général du groupe Terrena. “Or sur de tels projets de rupture, il peut y avoir un risque. L'objectif de ce fond de partage, c'est de le couvrir au maximum.” Le fond permettra de partager ce risque entre l'agriculteur et la coopérative pour les projets les plus engageants. C'est le cas pour l'investissement d'un producteur de lait dans une unité de micro-méthanisation de nouvelle génération, adaptée à des installations de plus petite taille. L'investissement, d'un montant de 600 000 euros, présente plusieurs innovations qui n'existent pas aujourd'hui en France. Depuis deux ans, Terrena est passée à la vitesse supérieure. “Nous poursuivons en 2013 le développement de solutions Nouvelle agriculture pour les agriculteurs et nous déploierons sur le maximum de productions les produits qui en sont issus vers les consommateurs.” Aujourd'hui, 21 solutions sont proposées aux agriculteurs, tant en production animale que végétale, et 2 000 d'entre eux en ont utilisé au moins une l'an dernier. Le lapin est la première concrétisation d'un de ces produits destinés aux consommateurs. Il s'agit d'un animal qui a été élevé plus naturellement, selon un cahier des charges précis à partir du sevrage, qui inclut une alimentation avec luzerne et graines de lin et sans OGM ainsi qu'un élevage sans antibiotiques. Une vingtaine de producteurs a rejoint la démarche, avec un objectif de prix de 10 à 15% supérieur à la référence du marché. “On espère qu'avec ce genre de produit, le consommateur sera davantage sensible à l'origine de ce qu'il consomme” conclut Alain Guillemin.
Signaler un abus

MOTS CLés : groupe / Terrenales

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services