• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Porc > Les éleveurs de porcs manifestent à l'abattoir d'Evron
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Porc - 03-05-2013

Les éleveurs de porcs manifestent à l'abattoir d'Evron

Vendredi 26 avril, en fin de nuit, une petite trentaine d'éleveurs de porcs FDSEA-JA ont bloqué l'accès à l'abattoir Socopa (Bigard) quelques heures pour protester contre la chute du cours du porc de 3,5 ct/kg au cadran.

"Malgré les coups de gueule et les mises en garde, les éleveurs ne sont toujours pas entendus. Le groupe Bigard est le leader incontesté de ces fantassins.” Après l'annonce de la baisse de 3,5 ct/kg jeudi 25 avril, soit -13 ct pour avril, les syndicats ont voulu marquer un nouveau coup (de gueule) en allant bloquer sym­bo­li­quement l'abattoir Socopa d'Evron. Arrivés vers 4h du matin, les éleveurs mayennais et quelques sarthois ont quitté les lieux vers 6h30 après avoir échangé avec le directeur du site Philippe Daeron, sur l'avenir de la filière. Un dialogue ping-pong : Le directeur met en avant les efforts réalisés : “Toute notre gamme a été revue, on a innové. On cherche à créer de la valeur.” Eleveur : “Bah, vous ne la trouvez pas !” “Qu'est-ce qui vous empêche de remettre 3,5 ct ?” Directeur : “Ce sont les concurrents qui vont être contents.” Eleveur : “Et demain, l'Allemagne va suivre à -3,5 ct et vous ne serez pas mieux.” “L'Espagne vend 13 ct de plus qu'en France et arrive à exporter. Comment ?” Directeur : “Ils ont des aides de l'Etat.” Eleveur : “C'est ça, en Espagne, l'Etat a plein de sous !”


“Dites-le qu'Evron n'est plus rentable !”

Dans le fond, les éleveurs sont autant inquiets pour eux que pour l'abattoir. “Vous avez perdu 100 emplois l'an dernier. Dites-le qu'Evron n'est plus rentable. Alertez les politiques ! Dites que demain il va y avoir 1000 salariés sur le carreau. Il n'y a que l'emploi qui les mène, on l'a vu pour Doux Laval avec Guillaume Garot” lancent Philippe Jehan, le président de la FDSEA, et Mickaël Guilloux, de la section porcine. “On ne peut rien faire sans vous et vous ne pouvez rien faire sans nous”.

Ils sont partis en laissant planer la menace de revenir le lundi et de mener un éventuel blocus. Ils ne sont pas revenus, les travaux des champs restant une priorité incontournable. En revanche, l'échange s'est poursuivi ce lundi avec Thierry Meyer, le grand patron de Socopa Viande, lors du débat organisé par l'UDI. Il a admis que “la situation est dramatique pour les éleveurs”, mais a botté en touche : “Je ne suis pas responsable de l'évolution du prix des céréales.” Pas de quoi calmer les éleveurs.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services