• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Porc > Le plan de Stéphane Le Foll 
pour relancer le porc
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Porc - 19-04-2013

Le plan de Stéphane Le Foll 
pour relancer le porc

Le plan présenté par le ministre de l'Agriculture à l'issue d'une réunion avec la filière lundi 15 avril, prévoit notamment une simplification des règles des installations et agrandissements et une valorisation du logo VPF.

La France produisait 25 millions de têtes en 2010, elle n'en produit plus que 23 millions aujourd'hui, et la courbe devrait poursuivre sa trajectoire vers le bas. L'ambition de Stéphane Le Foll est de "revenir au niveau de production de 2010”, estimant qu'une baisse de “deux millions de porcs, c'est déjà un abattoir”.

L'interprofession va devoir revoir le cahier des charges associé au logo VPF (Viande porcine française). Objectif : rivaliser avec le standard QS des Allemands. Le sigle devra donc bientôt intégrer des informations sociales, sanitaires et environnementales, en plus de l'origine. Pour le ministre de l'Agroalimentaire Guillaume Garot, “l'enjeu majeur de la filière porcine, c'est la bataille de la valeur ajoutée, la certification de l'origine France est une piste”.

 Le ministre compte aussi relancer l'investissement grâce à son plan de méthanisation, “avec une prise en compte de l'azote total pour la gestion des excédents”.

La ministre de l'Ecologie Delphine Batho mène actuellement une discussion pour faire évoluer les règles applicables aux installations classées. Ainsi, un troisième régime, l'enregistrement, pourrait s'intercaler entre celui de la déclaration et celui de l'autorisation. Il concernerait les élevages de 450 à 749 truies ou de moins de 2 000 porcs charcutiers, et viendrait ainsi remplacer les enquêtes publiques lors d'un a­gran­dis­sement ou d'une installation. L'annonce est jugée “très positive” par le président de la Fédération nationale porcine (FNP) Jean-Michel Serres, “car elle permettra de traiter les dossiers plus facilement”.


Obligation de négocier

Autre point délicat, la volatilité des prix. Stéphane­ Le Foll mise sur la modification, dans le cadre de la loi sur la consommation, de la LME et de la LMA. Il s'agira d'intégrer des indices pour permettre de répercuter des hausses des coûts de production. Les pouvoirs publics entendent introduire “l'obligation de négocier ou de renégocier un contrat lorsque l'on constate des évolutions de prix impactant les coûts de production, et avec des objectifs de résultats”.

L'Onep, affiliée à la Coordination rurale, accueille­ favorablement ces propositions, mais souligne que “ce plan sera réalisable u­ni­quement si les éleveurs trouvent les capacités financières pour investir”. L'organisation regrette que l'alimentation des animaux n'ait pas du tout été abordée alors qu'elle est la principale source d'inquiétude des éleveurs”. Elle juge enfin “incohérent” que “l'Etat ordonne la fermeture d'au moins 15 % des élevages qui ne sont pas aux normes bien-être des truies gestantes” et demande à nouveau des délais supplémentaires.

Signaler un abus

MOTS CLés : Porc / VPF / Le Fol

Catégories : Agriculture Porcs

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services