• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Raphaël Bellanger, nouveau porte-parole de la Conf'
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 19-04-2013

Raphaël Bellanger, nouveau porte-parole de la Conf'

A 31 ans, Raphaël Bellanger succède à Vincent Guillet, comme porte-parole de la Confédération paysanne. Et Dominique Morin devient secrétaire général, à la place du nouveau porte-parole.

Raphaël Bellanger s'est installé en 2004, la même année que son frère, Christophe, avec qui il est en Gaec. “Cela nous a obligés à penser notre installation de manière progressive, et ne pas foncer la tête dans le guidon…” Une nouvelle stabulation et nouveau bloc traite ont vu le jour en 2006. “En prenant la suite de nos parents, nous sommes passés de 20 vaches à 60 vaches.” Avec une spécialisation en lait, “on a privilégié l'humain sur la mécanisation et l'automatisation” pour les investissements. Le Gaec ne possède qu'un tracteur de cour et un 95 CV, ainsi qu'une désileuse-distributrice. La partie é­qui­pement est principalement gérée en Cuma.

Les deux frères produisent 330 000 litres de lait par an, converti en bio depuis un an tout juste. Le lancement de la conversion, en 2010, “ne nous a pas fait changer fondamentalement notre système”. Les techniques portaient déjà sur l'herbe, et l'entretien des parcelles avec bineuse et herse étrille. La totalité des 70 hectares est auto-consommée : une grande partie est aménagée en pâturage tournant, avec des surfaces consacrées aux triticale, pois, luzerne et blé, et 6 hectares au maïs fourrage. Depuis l'an dernier, une partie est déshydratée par la Codema.


“Ouverture d'esprit”

“Devenir agriculteurs n'était pas notre idée de départ, raconte Raphaël­ Bellanger. Chacun de nous deux a travaillé dans des métiers différents. Cela permet de revoir les choses positives du métier. Finalement, on s'est rendu compte que ce n'était pas si mal que ça. Et on a décidé de s'installer.”

“Aujourd'hui, on est notre propre chef, poursuit le jeune éleveur. On peut organiser notre rythme de vie. On prend 15 jours de vacances par an, et quelques week-ends à rallonge. On a un week-end complet sur deux.” Et autre aspect important, à ses yeux : “On a un contact avec la nature. Avant, j'étais menuisier. Au travail, j'étais soit enfermé dans un hangar, soit dans une maison.”

De leurs expériences, les deux frères estiment avoir gagné une “ouverture d'esprit”: “Il ne faut pas être trop corporatiste, sinon, à force, on se plaint toujours.”

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services