• Suivez-nous :

accueil
Environnement > Energies renouvelables > Substituer l’azote minéral par de l’azote organique
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Energies renouvelables - 19-04-2013 - CE

Substituer l’azote minéral par de l’azote organique

C'est fin mars, sur une exploitation du Morbihan, qu'a été présenté le plan Energie, méthanisation, autonomie azote : il vise à faire passer le nombre de méthaniseurs en France à 1 000, d'ici 2020, contre 90 fin 1012.

Les projets collectifs et d’une puissance comprise entre 150 et 500 kWe seront privilégiés. L’objectif est d’aboutir à une gestion globale de l’azote, a insisté le ministre de l'Agriculture, en favorisant la substitution de l’azote minéral par de l’azote organique.

Le gouvernement veut promouvoir un modèle de méthanisation “à la française”. Il s'agira d’éviter le scénario allemand, où le maïs est employé dans les méthaniseurs, et de chercher plutôt à favoriser l’emploi de cultures intermédiaires pour la méthanisation. A ce titre, un travail sur les plans agronomique, technique et économique doit être réalisé sur les cultures intermédiaires à vocation énergétique et sur la façon dont elles peuvent être déployées pour la méthanisation. Sur les moyens, Stéphane Le Foll a été clair : “Ce n’est pas dans la situation du budget de l’Etat aujourd’hui que je pourrai annoncer des subventions.” Il s’agira donc de mobiliser les outils existants.


Homologation
des digestats

Le gouvernement envisage de lancer un appel à projet “gestion collective et intégrée de l'azote”, qui sera doté d'un fonds de 10 M€. En filigrane est donc posée la question de l'homologation des digestats, qui doit trouver une place particulière entre les engrais et les effluents d'élevage. “A partir de là, une discussion devra être engagée aussi avec les coopératives, puisqu’elles vendent de l’azote minéral”, a estimé le ministre. L'APCA sera vigilante sur la “composition des digestats, surtout si les boues urbaines y étaient incorporées”. Les chambres d’Agriculture continuent de plaider pour ce qu’elles appellent une méthanisation sur mesure, et non pour un modèle unique.

Les Agriculteurs méthaniseurs de France insistent sur l'aspect territorial. “Il faut permettre le juste retour au sol de la matière organique et produire de l'électricité de façon décentralisée, en bout de ligne” a réagi Alain Guillaume. “Pour poursuivre le développement de la méthanisation agricole, il faut réévaluer le tarif de rachat d'électricité car ces unités viendront soutenir le réseau électrique dans les zones rurales, en particulier aux heures de pointe.”

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services