• Suivez-nous :

accueil
Loire-Atlantique > Energie-climat : il faut sonner 
la mobilisation générale
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Loire-Atlantique - 05-04-2013

Energie-climat : il faut sonner 
la mobilisation générale

Le scénario Virage énergie-climat aboutit à une réduction globale des émissions de gaz à effet de serre des Pays de la Loire de 80% en 2050. L'agriculture ne pourra pas échapper à une vaste remise en cause de son modèle productiviste.

"L'Etat, les forces économiques et les citoyens ont entre leurs mains les clés de la réduction de notre consommation d'énergie. Ces trois groupes d'acteurs doivent faire émerger des pratiques plus vertueuses, en combinant leurs moyens au regard d'objectifs partagés par le plus grand nombre. La marche est tout à fait franchissable. Il ne faut pas parler de régression, mais bien de progrès”. Ancien délégué régional de l'Ademe, Pierre Biche a parfaitement replacé le sujet dans son contexte. ”On doit considérer comme une chance, le fait de revoir les bases sur lesquelles fonctionnent nos sociétés industrielles modernes.”

Cette problématique, l'association Virage énergie-climat s'en est emparée il y a trois ans. Elle a présenté cette semaine à Nantes son scénario de transition énergétique et climatique pour la région des Pays de la Loire. Il aboutit à une réduction globale des émissions de GES (gaz à effet de serre) des Pays de la Loire de 80% en 2050, ”ce qui permet d'aller au-delà de l'obligation légale de leur diminution de 75% à cette date, comme le préconise la loi sur l'énergie de 2005”.


Un scénario agricole irréaliste ?

Dans le domaine agricole et sylvicole, l'association a construit un scénario qui s'inspire des travaux d'Afterres 2050, mis en place par Solagro. Il aboutit à une remise en cause profonde du modèle agricole productiviste en vigueur depuis un demi-siècle en France. Le secteur primaire est le premier émetteur de GES dans les Pays de la Loire. La transition agricole et alimentaire préconisée par Virage énergie-climat doit déboucher sur un système durable, permettant d'atteindre l'autosuffisance régionale pour l'alimentation humaine en 2050.

Dans sa globalité, le scénario présenté cette semaine estime les besoins en énergie pour le chauffage, les déplacements et l'électricité. Le potentiel régional de production d'énergie finale renouvelable a été évalué en prenant en compte l'intermittence de certaines énergies renouvelables et les pertes d'énergie. Dans ce cadre, tous les besoins énergétiques des Pays de la Loire pourraient être couverts par des énergies renouvelables produites sur le territoire régional en... 2046 ! La Région deviendrait alors exportatrice nette d'électricité renouvelable à partir de 2047 et pourrait notamment contribuer à alimenter d'autres régions fortement consommatrices, mais au potentiel limité, comme l'Ile-de-France.


Chasse au gaspillage dans la maison

A La Chapelle-sur-Erdre, Janette­ et Robert Chiron habitent une maison très économe en énergie et ces pionniers ont vu défiler chez eux 3 000 visiteurs depuis plus de vingt ans. Ils ont installé le premier chauffe-eau solaire autoconstruit dans la région et disposent aussi d'un capteur solaire à air chaud. ”Ca ne coûte quasiment rien, je ne comprends pas pourquoi ça n'est pas plus répandu” s'interroge le docteur ès sciences en retraite. Ils ont banni dans leur maison le congélateur, le lave-vaisselle et le sèche-linge. ”Nous avons divisé par quatre notre consommation d'électricité et depuis 20 ans, on a économisé 100 euros par mois en moyenne” conclut Robert Chiron. Soit la coquette somme de 20 000 euros.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services