• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Le prix du porc au consommateur ne va pas augmenter
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 05-04-2013 - RH

Le prix du porc au consommateur ne va pas augmenter

Georges-Pierre Malpel inspecteur général de l’Agriculture, travaille auprès du ministre sur la loi d’Avenir, et les relations filière-distribution. Il était l’invité
des éleveurs
de Cam Porcs.

“Le prix du porc
au consommateur
ne va pas augmenter” Le prix du porc au consommateur ne va pas augmenter. Le pouvoir d’achat des ménages baisse. Les produits européens arrivent à moins cher, donc si les prix français montent, vous perdrez des parts de marché. Le marché européen est déjà saturé. En revanche, sur le marché mondial, il y a un potentiel de croissance considérable. Cela dit, il faut rééquilibrer les rapports de force. Il doit y avoir une certaine automaticité de répercussion des prix dans les échelons de la filière. Et les responsabilités ne sont pas uniques: les industriels n’ont pas que des situations de transparence. Pourtant, pour négocier, si chacun joue dans son coin, on n’y arrivera pas. Les OP ont un rôle stratégique. De plus en plus, il faudra des accords de partenariat. Il s’agit d’accords, pas d’entente. C’est vrai que le droit à la concurrence est un obstacle, mais cela évolue dans le bon sens. Notez que la grande distribution va se restructurer. Il y a six groupes ; en Allemagne, c’est deux ou trois. Cela sera pire et mieux : d’un côté, le déséquilibre sera plus grand, mais de l’autre, il y aura moins de guerre des prix suicidaire entre eux. Sur la maîtrise des rejets, cette contrainte ne changera pas. L’agriculteur ne peut pas attendre que la réglementation évolue à l’envers. Il est vrai que sur les autorisations, il faut travailler pour que la réglementation française ne soit pas plus exigeante que ne l’est celle de l’Europe. La France a des progrès à faire. De son côté, le citoyen doit accepter qu’il ne peut pas y avoir un minimum d’activité économique sans contrainte. Expliquez vos efforts pour restaurer votre image. Concernant la filière, il faut restaurer la compétitivité de l’abattage-découpe. Il y a une surcapacité, deux ou trois abattoirs de trop. Il y a une attente que ça pourrisse, mais ce n’est pas une bonne solution. Ni les pouvoirs publics, ni les producteurs ne peuvent régler cela : c’est à la filière.
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services