• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > En Mayenne : contre Lactalis,
 un blocage en vain
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 05-04-2013 - Rémi Hagel

En Mayenne : contre Lactalis,
 un blocage en vain

LAIT

Le président de la Coordination rurale de la Mayenne a bloqué un camion de lait. L'entreprise menaçait de ne pas collecter son surplus, puisqu'il n'a pas signé de contrat. Menace mise à exécution. Le producteur entend monter l'affaire au niveau national.


Vendredi 29 mars, entre 14h et 17h30, Olivier Chemin a bloqué dans sa cour de ferme le camion de son collecteur Lactalis. Pour marquer le coup, il a mobilisé une douzaine de collègues. L'objet du litige : l'entreprise menaçait de ne pas collecter le lait produit en dépassement de quota. Dans un courrier envoyé en janvier, elle proposait de le collecter (dans la limite de 2 %) si l'éleveur signait le contrat. Ce que refuse Olivier Chemin. “C'est un contrat d'esclavage qui autorise la laiterie à s'aligner sur le moins offrant. On ne peut pas changer de laiterie, ni cesser les livraisons. Il n'y a pas de prix dessus... Or on veut un prix qui tienne compte des coûts de production” répète-t-il. “Quand vous achetez le pain chez le boulanger, vous ne l'obligez pas à signer un contrat !” s'emporte son collègue Hervé Délogé.


Obligé de collecter

Or, depuis la suppression de la TFA et jusqu'à la fin du régime des quotas, “ils sont obligés de collecter tout ce que je produis” certifie le producteur. Mais Lactalis­ n'a pas collecté son dernier tank de la campagne dimanche. “J'ai dû jeter 400 litres.” Olivier Chemin dénonce “le harcèlement”, “la pression” mise par la laiterie. Et a remis son cas dans les mains des collègues du syndicat national. L'OPL (branche laitière de la CR) a publié un communiqué dénonçant “un manquement grave au contrat verbal. Stéphane le Foll a le devoir d’agir et de faire respecter la réglementation afin que ces méthodes cessent immédiatement”. Une réunion devait se tenir ce jeudi pour décider des suites à donner.

Hervé Délogé soupire : “Les gens n'y croient plus. Tout le monde baisse les bras.” Presque tout le monde.


Rémi Hagel


www.coordinationrurale.fr


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services