• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > La volaille française se fait voler dans les plumes
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 05-04-2013

La volaille française se fait voler dans les plumes

La filière dans une mauvaise passe, se fait plumer par les voisins européens. Etats des lieux.

La consommation progresse, au profit de qui? 
Point positif de la situation globale, la viande blanche profite de la baisse du pouvoir d’achat des ménages: en poulet de chair, les achats ont encore augmenté de 1,3% en 2012 ; en dinde de 5%. Point négatif, une partie est absorbée par les importateurs.
Ces derniers jouent la carte du moins cher. “Tout n’est pas qu’une question de prix de revient, souligne Philippe Guillet, président de SNV (groupe LDC). Il y a aussi un dumping économique agressif pour capter des parts sur le marché français.” A ses yeux, il s’agit d’ailleurs du dernier marché à être aussi peu protégé. “S’il reste aussi ouvert, il faut faire attention que nos outils ne s’essoufflent”, prévient-il. Dans la filière, l’appel à la “citoyenneté” et au “patriotisme” du consommateur français résonne de plus en plus. 

Les GMS vont voir ailleurs. 
“Nous sommes sur un marché européen”, savent dire les industriels aux éleveurs. Les centrales d’achats savent aussi le rappeler à leurs fournisseurs. Plus de 70% de la production française dépend directement de ce débouché: la grande distribution est donc en position de force. Son credo, relayé par les pouvoirs politiques: “Préserver le pouvoir d’achat des ménages”. Ainsi, fin 2012, alors que la filière réclame une 3e hausse, les distributeurs refusent. Et tandis que les négociations annuelles sont lancées, ils élargissent leurs appels d’offres vers l’étranger, la Belgique et l’Allemagne en tête, afin d’obtenir les prix les plus bas possible. 

L’industrie ne peut plus faire tampon. 
L’aliment s’embrase: +35% sur l’année 2012, soit un impact de +20% sur le coût de production du poulet vif. Dans le même temps, le prix au détail a gagné 7,9% (ce qui représente sans doute ce qu’a concédé la grande distribution). Insuffisant donc, mais de nouvelles hausses en magasin n’ont pu être réalisées par les entreprises. Elles se tournent donc vers l’amont, ne pouvant plus assumer seules. Car elles sont unanimes: “Tous les abattoirs sont dans le rouge”. La seule filière dinde perd entre 30 et 50 millions d’euros par an, informe Gilles Huttepain, président de la fédération des industries avicoles. Autres signes de ces difficultés, le désastre Doux mais aussi les mises en redressement des abattoirs bretons TDI et Le Clézio, du fait de la “surcapacité des outils en France et en Bretagne”. C’est ainsi que “le plus bel abattoir de dindes du pays”, selon les termes d’un industriel, pourrait fermer. Les fermetures de sites du groupe Doux auraient pu permettre de “restructurer le secteur” déplorent un certain nombre d’intervenants. 

Risques de répercussion sur la production. 
Les entreprises ne parviennent plus à vendre en fonction des coûts de production, les stocks s’accumulent, et les contrats producteurs baissent partout en France. Qui plus est, relève Isabelle Leballeur, “des entreprises ont eu le culot de concéder des baisses face aux GMS”. “Dont des coopératives!” dénonce la représentante professionnelle (CFA, Cravi, FDSEA72, etc.). Pourtant, “les producteurs se sont battus pour une hausse des prix à l’automne”, rappelle Jean-Yves Guérot, l’un des représentants de la CFA (branche avicole FNSEA) en Pays-de-la-Loire. Outre les prix, tous les groupements gèlent les projets d’installation. Les vides sanitaires peuvent s’allonger jusqu’à six ou sept semaines dans le sud-Loire. Un peu partout, les mises en place sont en baisse. “C’est la première fois que je vois une telle situation au printemps...” note Jean-Yves Guérot.


Signaler un abus

MOTS CLés : europe / SNV / LDC / Doux

Catégories : Aviculture

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services