• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Un prix du porc historique... de façade
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 05-04-2013 - Rémi Hagel

Un prix du porc historique... de façade

CAM PORC

Le groupement mayennais, en assemblée générale le 22 mars, maintient son activité, dans un contexte meilleur, quoique toujours tendu.


"L'année 2012 a terminé à 1,454 euro, en augmentation de 11%. C'est un prix historique, et il prouve que c'est possible." Pour le président Ivan Leclerc - comme pour tous les éleveurs-, c'est la bonne nouvelle de l'année. Aussitôt assombrie : "Ce chiffre n'est bon qu'en façade puisqu'il n'a pas suivi la hausse du prix de l'aliment." Celui-ci a grimpé en flèche, de 245 euros à 320 euros/t.


Le président voit le salut dans la hausse du prix au consommateur, espoir battu en brèche par l'intervenant Georges-Pierre Malpel, inspecteur général de l'Agriculture. "Le prix au consommateur ne va pas augmenter. Les produits européens arrivent à moins cher, donc si les prix français montent, vous perdrez des parts de marché." Pour lui, il faut se pencher sur la restructuration de la filière, et la répartition des marges.


Dans ce contexte, à l'échelle du groupement, les économies, voire les gains, se jouent en grattant à tous les niveaux : performances techniques, débouchés, économies de frais sanitaires, etc. Le groupement se félicite d'avoir maintenu l'activité en porcs charcutier, alors que la zone Uniporc a franchement baissé de 2,38%. Ils ont été vendus au prix moyen de 1,536 euro/kg (contre 1,52 euro en France). Les porcs Cam se situent à 59,63% dans le cœur de gamme, soit au-dessus de la moyenne Uniporc (58,99%).


Mises aux normes


Pour les truies gestantes, 89% des élevages sont aux normes et 3% de plus le seront courant 2013. La plupart des éleveurs a opté pour une réorganisation des bâtiments existants (plutôt que de construire du neuf). Pour ceux qui ne sont pas encore aux normes, les subventions sont reconduites pour 2013 et 2014, mais diminuées de 15% puis 10%.


D'autres subventions existent pour des travaux favorisant la sécurité sanitaire, les conditions de travail, la protection de l'environnement, les économies d'énergies.


Bientôt la Faf


Pour 2013, les services travaillent à lancer une offre pour la fabrication d'aliment à la ferme. Des moyens humains vont y être dédiés. "Ce sera opérationnel en 2014" assure le directeur Julien Segalen.

Après avoir connu le négatif, les comptes retrouvent l'équilibre à +15 000 euros. Toutefois, l'augmentation des charges de transport préoccupe.


Rémi Hagel


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services