• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Mobilisation pour faire de l’élevage une “ cause nationale “
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 05-04-2013

Mobilisation pour faire de l’élevage une “ cause nationale “

Les trois jours de congrès de la FNSEA à Troyes, du 26 au 28 mars, ont fait des difficultés de l’élevage français le centre des préoccupations.

Dès la première journée, le huis clos, l’équipe dirigeante lançait le principe de manifestations régionales le 12 avril dans tout le pays, suivies d’une grande journée parisienne le 23 juin. Objectif : convaincre la société que l’élevage doit être érigé en “ cause nationale “. Tant les débats sur la compétitivité que les demandes adressées par le président de la FNSEA Xavier Beulin au ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, se comprenaient surtout à la lumière des grandes difficultés de l’élevage. “ Un problème de reconnaissance “, selon Dominique Barrau, le secrétaire général de la fédération.


Les acteurs sont en place : les élections politiques ont eu lieu, puis les élections professionnelles. Pendant les années qui viennent, une FNSEA renforcée par les résultats des élections aux chambres d’agriculture devra dialoguer avec un gouvernement de gauche. Le congrès de la FNSEA, à Troyes, du 26 au 28 mars, en a donné le ton : sans concession de part et d’autre, l’échange a été tendu mais respectueux, entre les militants de la fédération conduits par Xavier Beulin et Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture, faisant face bien que dépourvu de “ bonne nouvelle “ à dévoiler. Le soutien aux jeunes agriculteurs dans l’élevage avait été annoncé une semaine plutôt chez les laitiers et le ministre se réservait de révéler son plan biogaz le lendemain en Bretagne.


Si les acteurs sont en place, la situation de l’agriculture, elle, est n’est pas stabilisée. La réforme de la Pac, dans ses détails, est loin d’être bouclée, tandis que le sort de l’élevage français est très problématique. C’est bien ce dossier qui a mobilisé le congrès de Troyes qui restera sans doute comme le congrès de l’élevage.


Toutes les dimensions de la crise

Toutes les dimensions de la crise ont été abordées : la hausse des charges de production sous l’effet de la flambée continue des matières premières, la difficulté de répercuter les hausses de coûts auprès des grandes surfaces de distribution, les distorsions de concurrence avec d’autres pays européens, les contraintes nées de la directive nitrate, etc.

“ Nous devons faire de l’élevage une cause nationale dans ce pays “ lançait Xavier Beulin peu avant de s’adresser au ministre, vêtu d’une marinière rayée verte et blanche, aux couleurs de la FNSEA. Un clin d’œil qui ne pouvait cacher un “ ras-le-bol “ exprimé par Xavier Beulin, refusant de “ se faire balader “ tant en ce qui concerne la pesanteur des normes environnementales, la reconnaissance du fait majoritaire ou le jeu des ponctions sur des lignes budgétaires déjà prévues pour éteindre des incendies mettant à mal les éleveurs.

Différentiel de coûts salariaux

“ Le compte n’y est pas “, disait Xavier Beulin qui “ ne veut pas d’une France céréalisée “ à laquelle personne n’aurait à gagner. Surtout, “ ce n’est pas la redistribution des aides Pac qui va sauver l’élevage “, expliquait Xavier Beulin à quelques journalistes.

En ce qui concerne le lait, “ il n’est pas admissible de voir les contrats vidés de leur contenu “, lançait le président de la FNSEA, qui constatait que le résultat des négociations commerciales était plus défavorable que jamais à la répercussion des charges de production des éleveurs. Si quelques enseignes de distribution se disent sensibles à la cause des éleveurs, comme Système U dont le patron Serge Papin avait fait le déplacement à Troyes, d’autres, comme Leclerc, font de la résistance acharnée.

La situation pourrait bientôt s’éclaircir : Stéphane Le Foll annonçait une rencontre entre transformateurs laitiers et distributeurs le 8 avril. Les 15 et 18 avril des réunions similaires sont prévues respectivement pour les porcs et la volaille.

Dans un grand silence entrecoupé ici ou là de sifflets et apostrophes, le ministre de l’Agriculture plaidait pour les futures lois, l’une sur la consommation, l’autre sur l’agriculture d’avenir. Tout l’objectif des pouvoirs publics est de faire en sorte que les contrats qui lient les agriculteurs, les industriels et les distributeurs puissent intégrer et répercuter les variations de coûts de production. “ Il faut que les contrats soient respectés ! “, scandait Stéphane Le Foll.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services