• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > “Avec le dossier Doux, on a peut-être raté le coche...”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 05-04-2013

“Avec le dossier Doux, on a peut-être raté le coche...”

Point de vue.

Le 6 juillet 2012, c’est dans son département de la Mayenne, à Lassay-les-Châteaux, que Guillaume Garot effectue sa première visite de terrain (photo). La Cam inaugure un poulailler flambant neuf, le nouveau ministre délégué à l’Agroalimentaire est chargé de résoudre le dossier Doux, qui vient d’exploser publiquement. Ce jour-là, Dominique Ramon, abatteur local, ne mâche pas ses mots et invite le ministre à saisir cette “chance” pour donner de l’air à la filière: “En France, il y a deux ou trois abatteurs en trop.” Le même observe: “Neuf mois plus tard, rien n’a changé.” Gérard Sarreau, patron de la société Labrouche, partage sa vision. “Doux, ce sont 7 millions de poulets. C’est vrai qu’on a peut-être raté le coche pour réformer le secteur de l’abattage. Les sites ont besoin de tourner davantage.” Le Gouvernement voulait préserver “le maximum d’emplois”. Mais la CFDT aussi se montre de plus en plus aigrie vis-à-vis de ce dossier : elle cite l’exemple de l’usine de Pleucadeuc (56), “sauvée” puis finalement amenée à fermer. FG
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services