• Suivez-nous :

accueil
Loire-Atlantique > Le centre d'enfouissement des déchets est enterré
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Loire-Atlantique - 29-03-2013 - Christian EVON

Le centre d'enfouissement des déchets est enterré

Le combat mené à Guémené-Penfao depuis 2008 par l'Association pour le refus des déchets industriels et le maintien de l'environnement et de l'agriculture (Ardimea) a payé.

En début de mois, la Safer Maine-Océan a fini par acquérir les terres de Fry, sur lesquelles l'entreprise Guy Dauphin Environnement projetait de construire un centre d'enfouissement de RBA (résidus de broyage automobile) provenant de son unité de Montoir-de-Bretagne. Fin 2012, GDE, l'un des leaders français du recyclage, a signé un compromis de vente au profit de la Safer. La procédure réglementaire d'attribution des terres peut maintenant démarrer avec l'appel à candidatures.


L'affaire remonte à juin 2008 quand la population locale apprend que GDE vient d'acquérir les 65 ha de la ferme de Fry, à Guémené, au prix de 10 700 €/ha... Soit sept fois le prix moyen de l'époque. Craignant les risques de pollution (eau, air, etc) et les nuisances que cette activité allait provoquer (on parlait de 50 rotations de camions par jour !), la population et les agriculteurs guémenéens se mobilisent et montent une association de défense. Ils lancent une pétition qui recueille plus de 4 000 signatures en un temps record.


L'industriel finit par jeter l'éponge

Dès lors, Ardimea ne va pas ménager sa peine et va conduire pendant toutes ces années de multiples interventions auprès des décideurs : politiques, services de l'Etat, responsables professionnels, etc. Il y a un an, l'association apprend que l'industriel avait revendu deux mois plus tôt ses terres à l'ancien propriétaire, celui-là même qui avait réalisé une juteuse opération en 2008. Cette fois, la Safer fait jouer son droit de préemption, ce qu'elle aurait déjà pu faire dès le départ quand un courrier du notaire de GDE l'avait informé du projet de vente.

Dès lors, la Safer a tout mis en œuvre avec Ardimea pour que ces terres retrouvent leur vocation agricole.

Pour les responsables de l'association, il faut maintenant souhaitable que l'appel à candidatures permette d'installer un véritable agriculteur, et non un spéculateur. "Nous souhaitons abroger le texte de loi permettant à n'importe quel industriel de s'implanter en zone agricole pour y faire n'importe quoi, au mépris le plus total de la population et des agriculteurs" estime Ardimea.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services