• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > La manifestation “symbolique” se termine en affrontements
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 29-03-2013 - FG

La manifestation “symbolique” se termine en affrontements

Al'appel des FDSEA et JA, 300 agriculteurs ont gagné le centre-ville de Laval, dimanche soir, pour rappeler au bon souvenir de Guillaume Garot les promesses faites au Salon de l'Agriculture ou plus tôt encore.

“Symboliquement”, ils se sont rejoints sous la fenêtre de l'ancien maire de Laval. En fil rouge, les coûts de production…


Lactalis en LDC 
pour cible

“On a des dates”, résume le président de la FDSEA Philippe Jehan. Une nouvelle LMA (loi agricole) devrait être négociée au printemps. Dès juillet, elle pourrait entrer (en partie) en application. Quant à la LME (loi sur l'économie), les premières applications concrètes pourraient être en septembre. Mais le syndicaliste reste “dubitatif” sur les retombées. Quant aux 20 millions d'euros annoncés par le Gouvernement pour accompagner les éleveurs laitiers : “On a calculé qu'au niveau national, cela représentait 2 000 euros par jeune installé…”

En partant de Laval, les manifestants ont accroché des banderoles sur les grilles de l'usine Lactalis et de l'abattoir SNV, situés pratiquement en face l'un de l'autre de chaque côté de la rocade. Le transformateur laitier est accusé de “décider de façon unilatérale” des orientations de prix, en dépit de la reconnaissance d'une OP Lactalis. De plus, “les prix annoncés (285 euros) ne couvriront pas les prix de revient”, commente Philippe Jehan.

Le volailler, lui, n'aurait pas respecté ses promesses. “Après le rachat du site [à Doux frais], Guillaume Garot avait convenu que nous aurions un entretien avec Denis Lambert [patron de LDC], rapporte Philippe Jehan. Le rendez-vous n'a toujours pas eu lieu, et malgré les 4 millions d'euros qui devaient être investis, rien n'a été fait !”, assure-t-il. “LDC est aussi le premier à avoir dégainé sur les baisses de contrats, par le biais de sa filiale Michel : avec une baisse de 30 euros la tonne sur trois lots de poulets et une baisse de 20 euros la tonne en dinde, on risque des arrêts de production. Est-ce que c'est ça l'enjeu de la reprise industrielle ?"

Le message a été adressé en direct au ministre de l'Agroalimentaire. Une délégation syndicale de huit agriculteurs avait en effet déjà rencontré Guillaume Garot, vendredi, en fin d'après-midi.


Dans le final, changement de ton

L'action se voulait jusqu'ici “symbolique”. Mais une partie des manifestants n'était visiblement pas venue seulement pour poser des banderoles. Quelques dizaines d'entre eux se sont ainsi engouffrées dans le hall de l'usine Lactalis. De petits dégâts matériels y ont été engendrés. A leur sortie, une partie du groupe s'est acheminée vers le rond-point, pour finalement stopper un camion de marchandise. La cargaison (des produits des marques Lactalis) est vidée sur le sol, des feux sont allumés.

Les CRS ont déjà bloqué la rocade et préviennent les acteurs de ne pas s'en prendre à eux. Ils se mettent en barrage pour empêcher toute intrusion sur le site SNV. Mais un autre camion, d'œufs celui-là, a déjà été arraisonné. Les esprits sont échauffés. Des jets d'œufs en direction des CRS tombent sur la garde mobile. Ces derniers avaient prévenu : la mobilisation “symbolique” se termine sous les lacrymogènes. Philippe Jehan sonne alors la retraite.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services