• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > Votre élevage est-il robuste ?
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 29-03-2013 - RH

Votre élevage est-il robuste ?

L'association développe son expertise de l'herbe, travaille avec l'Inra, et après avoir avancé sur l'autonomie, veut promouvoir la robustesse des systèmes.

Les éleveurs laitiers herbagers du Civam Agriculture durable travaillent sur l'autonomie des systèmes. En 2013, on va aller plus loin et étudier la robustesse” annonce l'animateur Fabien Derepper. “On veut voir comment ces systèmes autonomes vont faire face aux aléas.” Les aléas climatiques d'abord : comment résistent ces élevages ou s'adaptent-ils en année sèche ou humide ? Des fiches avec des exemples individuels ont déjà été éditées par la FRCivam, “mais on veut les compléter par une analyse collective, en travaillant sur des modèles”. Le point de départ sera un jeu, le Rami fourrager : il propose des situations d'aléas et des réponses possibles, soumises aux éleveurs. Les différents résultats seront enregistrés dans un logiciel, pour tirer des enseignements à transmettre au plus grand nombre.


Ce travail pourra aussi s'appliquer à des aléas économiques. “On le voit avec la crise des lasagnes. Etre robuste, ce sera prouver comment on produit nos animaux” expliquait le président Mickaël Lepage, à l'occasion de l'assemblée générale le 12 mars. “Et si demain, il y a une crise du lait, il faudra peut-être prouver que nos aliments proviennent de notre ferme.”


Plus de lait avec autant de fioul

En marge de cette prospective, le Civam continue son entreprise de conviction : “Il faut prouver économiquement que nos chiffres sont viables.” L'argument économique ressort dans les analyses énergétiques réalisées par le Civam AD. “On constate qu'à litrage de fioul égal, les systèmes herbagers produisent plus de lait que les systèmes conventionnels.”

Dans ses missions menées sur les points de captages, l'année 2012 a été difficile. “On s'adresse à un public différent du nôtre. Le contexte politique et syndical n'a pas aidé. Mais nous aussi, on s'adapte.” En faisant valoir encore l'argument économique, par exemple, que “la luzerne permet des économies de correcteur azoté”.

Des questionnements et arguments qui viennent contribuer aux deux programmes d'étude Casdar en cours (sur la production herbagère, l'un auprès des éleveurs, l'autre des conseillers).

En 2012, le Civam a vu ses groupes techniques s'étoffer (trois groupes géographiques d'une douzaine de personnes). Un suivi des fourrages à l'automne a été initié.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services