• Suivez-nous :

accueil
Environnement > Energies renouvelables > "La méthanisation sans ajout d'effluents
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Energies renouvelables - 15-03-2013

"La méthanisation sans ajout d'effluents

Vincent Guillemot, ingénieur de formation, est responsable de développement de projets dans le Grand Ouest pour l'entreprise Greenwatt, qui conçoit et installe des installations de bio méthanisation. Il interviendra mercredi 20 mars au salon Biogaz de Nantes sur le thème de la méthanisation en fruits et légumes.

En quoi la méthanisation pour les fruits et légumes est-elle spécifique?

Je dois préciser d'abord qu'il s'agit bien sûr de co-produits des fruits et légumes. Nous avons développé un process bien adapté à ces substrats, qui sont assez acides avec une dégradation rapide. Nous pouvons les transformer sans rajouter d'effluents.


Le méthaniseur est donc dif­férent et plus complexe.

Oui. Il y a trois cuves distinctes. La première, le liquéfacteur, reçoit les déchets organiques et les transforme en liqueur chargée en acides gras volatils. Ensuite­, nous avons un digesteur à haut rendement que nous avons appelé Hyfad, qui transforme la liqueur acide en biogaz riche en méthane. C'est la méthanogenèse. Enfin, le post-digesteur finit de dégrader les matières organiques plus lentes à être digérées, qui n'auraient pas été transformées dans le liquéfacteur. Toutes ces étapes sont modulables, en fonction de la matière à dégrader.

Ensuite, le biogaz produit est envoyé dans la centrale de cogénération. Quant aux résidus végétaux, le digestat, ils sont valorisés en engrais


Quelles références a-t-on?

En France, il y a une unité de méthanisation de ce type, à Moissac dans le Tarn-et-Garonne­. C'est un producteur de melons qui avait une problématique importante, avec un volume important de melons impropres à la consommation. Il fallait trouver une solution durable pour la gestion de ses écarts de tri. Le méthaniseur fonctionne depuis un an et demi, il transforme les déchets de melon, mais aussi de prunes et en hiver, des déchets de pommes et poires.


Ce type d’unité de méthanisation est-il beaucoup plus onéreux?

Il y a un léger surcoût, lié à la complexité du système.

“La méthanisation des co-produits de fruits et légumes se fait sans rajouter d'effluents”


www.biogaz-europe.com

www.greenwatt.fr

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services