• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Des agriculteurs constatent l'étiquetage “pas toujours clair” chez Carrefour
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 08-03-2013 - Frédéric Gérard

Des agriculteurs constatent l'étiquetage “pas toujours clair” chez Carrefour

"Il y a du rangement à faire dans vos rayons.” Une semaine plus tôt, les agriculteurs étaient au centre Leclerc. Vendredi­ 1er mars, FDSEA et JA visitent les rayons de Carrefour­. Coïncidence : c'est à partir de cette date que le distributeur a annoncé au Salon de l'Agricuture­ “un étiquetage spécifique” sur l'origine de la viande fraîche. Pas flagrant, ce jour-là, à Laval. Réponse des responsables de rayons et du magasin : “Il faut attendre qu'on nous envoie les nouvelles étiquettes.” Et cela pourrait prendre un peu de temps. Pour le surgelé, l'enseigne avait déjà prévenu : il faudra six mois, mais elle s'est engagée à faire du 100 % français, pour le bœuf et le porc.


Des “incohérences” 
dans la mise en place

Pour la charcuterie, “ça va”. Une banderole indique le VPF en rayon et “le classement” est assez visible entre produits. Même si Jean-Bernard Adam, de la section porcine, relève des saucissons sous marque MDD avec gras allemand et viande espagnole…

Dans le rayon boucherie, “c'est pire” que chez Leclerc : les responsables syndicaux ou de groupements notent les “incohérences”. “Votre panneau indique une origine locale pour la viande située juste dessous. Mais juste à côté, on retrouve de la viande sans origine.” “Un non-sens” note Florence Désillère, présidente de la chambre d'Agriculture depuis la veille. A un moment, elle s'arrête : sur la vitre de l'atelier, la banderole expliquant les logos VPF, VBF et Volaille française surplombe des rayons où “tout est mélangé”. Elle perçoit le manque de clarté pour le consommateur, à laquelle s'ajoutent les logos FDSEA et JA.


“Pour les surgelés, on sait d'avance ce qu'on va trouver.” Mais parmi la quinzaine de participants, certains découvrent l'existence des hamburgers, qui ressemblent comme deux gouttes d'eau à des steaks hachés sur l'emballage, mais sont un alliage de viande et de végétaux à 50 %. Parmi les plats préparés, tantôt les origines sont incertaines, tantôt l'étiquette joue sur les codes. S'y trouvent aussi des produits 50 % viande allemande, voire 100 % (né, élevé et transformé en Allemagne) sous MDD.


Les représentants du magasin ont pris note des remarques. Mais soulignent que toutes les décisions se prennent au niveau national - à l'inverse de Leclerc. Les syndicats ont indiqué revenir prochainement. Le suivi des étiquetages annoncé par les GMS sera pris au mot, sous 15  jours minimum.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services