• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > L’organisation du travail, nouveau défi de l’agriculture
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 22-02-2013

L’organisation du travail, nouveau défi de l’agriculture

L’organisation du travail devient un enjeu crucial pour l’agriculture, face à l’agrandissement des exploitations et aux aspirations des éleveurs à plus de temps libre. La chambre d’Agriculture a placé ces réflexions au cœur des débats.

La diminution du nombre d’agriculteurs en Mayenne se poursuit : de 8 800 exploitants en 2010, les projections à 2020 tablent sur 6 000 à 6 700 actifs. Le quota moyen passerait de 295 000 litres à 491 000 ou 548 000 litres. Pour répondre à cette intensification du travail, il n’y a pas de solution unique, ont rappelé Benoît Dedieu, sociologue de l’Inra, et les conseillers de la chambre d’Agriculture, lors des rendez-vous de l’élevage le 19 février. “Il n’y a pas de voie miracle, et chaque piste nécessitera des contreparties” a expliqué Benoît Dedieu. On pourra aussi bien investir dans du matériel que recourir à de la main-d’œuvre extérieure. Dans tous les cas, cela impliquera de réfléchir à son organisation du travail.


Savoir déléguer

Patricia Genouel et Franck Juge, couple d’éleveurs de Congrier, ont témoigné de leur parcours. Débordés après le départ en retraite du père, ils ont remis à plat leur organisation, aidés de conseillers de la Chambre. Le salut est passé par une série de mesures : délégation sur les cultures, achat d’un pulvé plus grand en commun, passage au sans labour, au pâturage en paddock et non au fil, en ration sèche pour les génisses, etc. Tout ceci nécessite une remise en question. “Quand vous n’êtes pas habitué à faire appel à l’extérieur, vous avez du mal à déléguer” admet Patricia Genouel.


Equilibre de la vie privée

“Il n’y aura pas de renouvellement sans une attention explicite aux conditions de travail” a insisté Benoît Dedieu. “On n’attirera pas sans cela.” A l’agrandissement s’ajoute une évolution des attentes des agriculteurs. Une enquête révèle que 16 % des agriculteurs associent en premier le travail à l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle (et pas à l’idée de gagner de l’argent) (1). Cette aspiration est nouvelle.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services