• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > “Les salaisonniers ne sont pas solidaires”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 22-02-2013

“Les salaisonniers ne sont pas solidaires”

Jean-Michel Serres est président de la Fédération nationale porcine (FNP), branche spécialisée de la FNSEA.

La fraude à la viande de cheval fait réagir la FNP. Dans une lettre ouverte, elle vante la démarche VPF, marque d’origine. “Refuser d’évoluer vers une stratégie nationale des produits nous semble un comportement suicidaire, qui expose plus fa­ci­lement à des approvisionnements douteux”
Jean-Michel Serres pointe la position d’industriels “peu regardants” qui pratiquent un double discours. “Dans l’inter­pro­fes­sion, tout le monde est d’accord pour défendre notre marché. On évoque des indexations pour certaines pièces. Mais au final, les salaisonniers ne sont pas solidaires, en défendant au niveau européen un étiquetage vague UE/non UE. Ils cherchent à s’approvisionner ailleurs pour faire pression sur les prix.” 

Pour la FNP, “la filière porcine n’a rien à gagner à encourager le compor­tement libéral des quelques grandes multinationales de la transformation qui n’hésitent pas à aller s’approvisionner à moindre coût.” Le marché est fluide mais les prix ne sont pas au rendez-vous. “Le maillon production souffre en silence mais perd de l’argent. La production devrait continuer à baisser, davantage encore en 2013.” Pour autant, il le reconnaît : “Peut-être plus qu’ailleurs, les opérateurs sont malmenés par la grande distribution.” De même, “la sanction de certains abatteurs pour “entente” est normale, si elle visait à baisser les prix. Mais les amendes, même minorées, tombent au plus mauvais moment. La filière porcine est mal en point.
Gad n’est que la partie immergée de l’iceberg.” 

Au Salon de l’Agriculture, l’éleveur picard prévoit “qu’à un moment ou un autre”, il sera question de stratégie de filières, avec le ministre. “Au mieux, des outils se regroupent, mais on ne voit pas vraiment de restructuration. Est-ce le bon chemin si cela ne découle pas sur des économies d’échelle et une baisse des coûts ? On a l’impression que les entreprises regardent ce qu’elles ont en réserve pour savoir combien­ de temps elles peuvent tenir avant de savoir si le voisin va tomber le premier.” 
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services