• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Le développement de Laval repousse l'élevage
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 31-01-2002

Le développement de Laval repousse l'élevage

Peu à peu, pour construire des lotissements et terminer sa rocade, Laval repousse son agriculture. Sur des exploitations morcelées, le pâturage devient difficile. Les projets d’atelier hors-sol sont systématiquement rejetés par les associations de riverains. Finalement, les terres sont reprises par les exploitations voisines. Faute de main d’œuvre, elles sont mises en céréales. Les citadins rachètent les anciens corps de ferme et installent leur cheval dans une prairie voisine.
La ville ne se contente pas de grignoter la campagne, elle modifie les systèmes d’exploitation de l’agriculture qu’elle côtoie. La communauté d’agglomération de Laval compte aujourd’hui 450 exploitations à titre principal, soit 350 de moins en 12 ans. Et 60 % des exploitations qui vont être transmises dans les 5 ans n’ont pas de droits à produire.
Inquiet par ce manque de perspectives d’installation, le comité de développement agricole (CDA) du pays de Laval a créé un groupe de réflexion. En tout, 35 personnes, élus, agriculteurs ou responsables d’associations, ont imaginé les évolutions possibles pour l’agriculture autour de Laval. Cette réflexion, qui a pour but d’entamer le débat avec les décideurs, a été présentée en réunion publique la semaine dernière.
Une association permanente ?
« Une communication entre urbains et agriculteurs… c’est cela qui manque » affirme Alain Guinoiseau, conseiller général du canton de Laval-Est, qui avance même l’idée de renforcer la commission vie rurale de la communauté de commune. D’une manière générale, le manque de concertation est regretté par tous. « La chambre d’agriculture émet parfois des avis négatifs sur l’attribution du foncier », explique Jean-Louis Viot, le président. « On ne peut que souhaiter plus de dialogue en amont pour éviter certaines situations de blocage ». Le principe d’une association permanente entre agriculteurs, élus et association est évoqué.
Le travail de prospective du CDA tombe à pic à l’heure où la communauté de l’agglomération de Laval entame un schéma de cohérence territorial. « On souhaite participer à cette réflexion » explique Annick Ragaru, la présidente du CDA, aussitôt rassurée par la réponse positive des élus présents.

Laval et Loiron dans le même SCOT
Conformément à la dernière loi sur l’urbanisme, les SCOT, schéma de cohérence territorial, définissent les grandes orientations pour les villes de plus de 15 000 habitants. Laval, qui avait déjà commencé quelques études pour les anciens schéma directeur, pourrait faire un SCOT avec le pays de Loiron. 35 communes sont concernées. La loi impose la concertation entre les acteurs du territoire sans pour autant préciser la forme.

Bientôt, un CTE pour le Pays de Laval
La communauté de l’agglomération du Pays de Laval souhaite mettre en place un CTE territorial.
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services