• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Agronomie > Les oléagineux malmenés par la météo
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Agronomie - 08-02-2013 - Christophe Zapata

Les oléagineux malmenés par la météo

OLEAGINEUX

Lors de la réunion technique organisée par le Cetiom à Rennes le 31 janvier, un point sur la campagne en cours laisse planer une grande incertitude sur le potentiel du colza en place aujourd'hui.

L'année 2012 n'a pas été fameuse pour les oléagineux. Le colza a bénéficié d'excellentes conditions de croissance en particulier à l'automne. A cette date, les cultures avaient toutes bien profité de l'automne et les pesées donnaient une moyenne de 2,4 kg de matière verte/m2 avec des valeurs parfois très hautes (>5 kg MV/m2 dans des parcelles du Morbihan). 


En Pays-de-la-Loire la moyenne des parcelles observées était de 2,5 kg MV/m2, soit 150 unités d'azote absorbé ! Le potentiel était excellent, le prix très attractif et les surfaces étaient les plus importantes des cinq dernières années. C'est alors que l'histoire a dévié : la gelée brutale du mois de février a causé des pertes importantes de végétation. Mais le plus gros problème n'est apparu qu'à la récolte, c'est une mauvaise nouaison et des avortements importants de fleurs malgré une période de floraison étalée sur deux mois, les plantes compen­sant par des re-floraisons. A la fin, le rendement s'établit à 32 q/ha pour la région.


Le colza 2013 bien mal parti

La campagne 2013 a commencé dans le sec pour les implantations. Les parcelles semées le plus tôt sont les meilleures aujourd'hui. Les autres ont connu des levées tardives et le manque de températures et l'excès d'eau qui ont suivi n'ont pas permis aux cultures de se rattraper. Fin décembre, on observait moins de 1 kg MV/m2 en moyenne sur 74 parcelles du Grand-Ouest, soit la plus faible croissance des six dernières années. Les pluies importantes en octobre, en décembre et en janvier ont provoqué un engorgement des sols que le colza supporte assez mal. La question du maintien de la culture se pose pour de nombreuses parcelles. Les conditions climatiques actuelles ne permettent pas d'envisager pour l'instant de culture de rem­pla­cement.


Le tournesol, s'il est semé à temps...

Quant au tournesol, semé avec un mois de retard l'an dernier, il a aussi bénéficié de conditions poussantes jusqu'à la floraison. Mais il n'a pas rattrapé son retard et la maturation tardant, de nombreuses parcelles ont été récoltées après des épisodes de pluie plus ou moins longs. Les teneurs en huile sont assez basses et la qualité de l'huile est partiellement altérée. Pour 2013, le tournesol pourrait profiter des difficultés d'implantation des cultures d'hiver ou de re­tour­nement de parcelles, et ses surfaces pourraient progresser. Mais le lin oléagineux pourrait aussi constituer une alternative : la demande est forte et le prix attractif.


Christophe Zapata

Signaler un abus

Catégories : Agriculture

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services