• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Autres eco-gestion > Faire rimer installation et transmission
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres eco-gestion - 13-12-2001

Faire rimer installation et transmission



L’activité du Point Info installation a marqué un fléchissement en 2001 : 242 nouveaux candidats se sont présentés, soit 15% de moins qu’en 2000. «On mesure l’effet de la crise que traverse la filière viande bovine», commente le président Philippe Jehan lors de l’assemblée du comité départemental installation. «Le nombre de projets en viande bovine ou système mixte sont aussi en forte diminution». Néanmoins, «le nombre global d’installations aidées ou non aidées devrait en 2002 dépasser le seuil des 150». Pour 2001, 153 installations se feraient avec les aides. Si on y ajoute une trentaine d’installations non aidées, la proportion d’une installation pour un départ en retraite est approchée. Mais, dès 2006, le nombre de départs en retraite va s’accélérer.
Pour continuer à faire rimer installation et transmission, il s‘agit d’abord d’identifier le potentiel de cessation. Les futurs retraités peuvent être repérés par des jurys communaux mais aussi se déclarer : désormais, tout exploitant de plus de 58 ans doit envoyer une «déclaration d’intention de céder son exploitation» à l’Adasea, 18 mois avant sa date de cession probable. «Des courriers parviendront aux personnes concernées à partir de janvier», explique Michel Peignier, directeur de l’Adasea. A cela s’ajoute une nécessaire sensibilisation des cédants sans successeur puis un accompagnement de la transmission. Aux désormais connus répertoire départ installation et contrats de préinstallation s’ajoute une promotion de l’installation en société (voir page 3) mais aussi un contrat territorial d’exploitation «transmission». Un CTE qui, malgré son objectif «d’aider des exploitants âgés à maintenir des conditions de viabilités» pour installer un jeune, reste inappliqué en Mayenne : «pour l’instant, on n’a pas trouvé un exemple concret», raconte Michel Peigner. «Les contraintes du jeune et du cédant ne vont jamais ensemble. Le cédant ne veut pas rester encore 2 ans, ou le jeune n’a pas le prêt quand il faut».
--------------------------
Sur 242 nouveaux candidats reçus au Point installation en 2001:
n 29% non issus du milieu agricole
La progression des «non issus du milieu agricole» se confirme : 28,5% contre 25% en 1999. Par contre, la part des candidats venus d’un autre département tend à diminuer : à peine 8% contre 10% il y a 2 ans.
n 32 ans en moyenne
Les candidats vieillissent : l’âge moyen était de 28 ans les années passées. 1/3 des candidats sont des femmes.
n Beaucoup d’anciens salariés
49% des candidats ont exercé comme salariés : hors agriculture (20%), para-agricole (11%), agricole (8%). En outre, de l’ordre de 3% sont déjà chefs d’exploitation et 8% sont conjoints. Moins de 4% sont aides familiaux
n La moitié doivent être formés
52% des candidats doivent obtenir un diplôme agricole pour avoir les aides. La moitié n’ont aucun diplôme.
n En société et en lait
Plus de la moitié des candidats ont un projet de société, la plupart dans un cadre familial. 88% des installations reposent sur la production laitière : 63% en spécialisé, 25% en mixte (lait+ viande, porc, culture). Par contre, les systèmes basés sur la viande bovine ou les productions hors-sol sont en net recul. Leur proportion a été divisée par deux, pour atteindre respectivement moins de 3% et moins de 2% des projets.
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services