• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Autres eco-gestion > Le bois, premier matériau choisi pour les charpent
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres eco-gestion - 28-05-2010

Le bois, premier matériau choisi pour les charpent

La technique du lamibois a rendu le bois très compétitif parmi les différents matériaux utilisables en charpente. La Sarl Beucher de Laigné-en-Belin (Sarthe) construit des charpentes pour les bâtiments agricoles, industriels et les maisons particulières. Elle réalise 12 000 m2, soit une quarantaine de bâtiments. La crise n'a pas marqué l'activité de l'entreprise car la prise de conscience des questions d'environnement et l'augmentation du prix de l'acier ont maintenu les commandes. Et si l'on ajoute les grandes possibilité offertes par le lamibois, toutes les raisons sont réunies pour préférer le bois à tout autre matériau pour réaliser ses charpentes.
Jusqu’à 40 mètres de portée entre poteaux
Le lamibois est une déclinaison particulière du contreplaqué. Cela reste une superposition de feuilles de 3 mm d'épaisseur de bois de sapin déroulées puis collées. Le procédé est ancien mais les progrès réalisés dans les techniques de collage ont rendus ces matériaux très intéressants pour la construction. On peut aller jusqu'à 40 m de portée entre poteaux. C'est déjà bien plus que les besoins de la plupart des bâtiments agricoles. De plus, ce matériau permet d'avoir de très grandes largeurs (jusqu'à 1,50 m ou plus si nécessaire), chose introuvable dans la nature sauf à trouver des arbres de tels diamètres. “Cela nous permet de créer des charpentes solides et légères, composées seulement des arbalétriers reposants sur les piliers. Le sapin vient de Finlande. Mais nous utilisons des chênes de la Sarthe - ou des environs proches- pour les piliers tant que la largeur du bâtiment le permet.” En effet, plus celle-ci est importante et plus l'arbalétrier doit être large et de ce fait, la zone d'assemblage avec le pilier est plus large, elle nécessite alors des diamètres d'arbre qui n'existent pas.
Le bois, c'est durable
Geoffroy Deboullié a racheté, en 2008, l'entre-prise dans laquelle il travaillait avec son épouse Véronique, lorsque le fondateur a voulu se retirer. Mais le nom est resté. L'entreprise emploie aujourd'hui 13 salariés. A l'atelier, un chef d'atelier et un apprenti préparent les différentes pièces de la charpente de manière à ce que les équipes de montage n'aient plus que l'assemblage à réaliser une fois sur le terrain. Il y a une équipe spécialisée dans les bâtiments agricoles et industriels et une autre équipe de charpentiers pour les maisons individuelles. Vient ensuite l'équipe de couvreurs qui réalise le toit et le bardage bois pour les bâtiments d'élevage. “Le bois est traité mais on fait également en sorte qu'il soit protégé le plus possible de la pluie. De cette matière, le bois est un matériau très durable”, explique Geoffroy Debouillé. Et le photovoltaïque ? “Pour nous, cela ne changeait pas grand-chose si ce n'est la pente du toit qu'il faut adapter bien sûr. Aujourd'hui, l'engouement est un peu retombé depuis que le prix de rachat de l'électricité a été revue à la baisse.”
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services