• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Autres eco-gestion > Agrial : les transformateurs submergés par le lait
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres eco-gestion - 20-03-2008

Agrial : les transformateurs submergés par le lait

On était là pour parler de 2007, mais l’actualité en lait évolue tellement vite que 2008 s’est aussi invitée à l’assemblée des producteurs de lait d’Agrial, le 18 mars, à Javené (Ile-et-Vilaine). La veille, les ministres européens avaient entériné la hausse de 2 % des quotas pour la prochaine campagne. Les spécialistes préviennent qu’il va falloir s’habituer aux fluctuations de marché, et 2007 a déjà donné un aperçu. “En six mois, on a tout vu”, commente Daniel Chevreul, directeur de la CLE (Compagnie européenne laitière – Bongrain), qui transforme le lait des éleveurs d’Agrial. “En mai, on cherchait encore des débouchés pour Nazart, en juillet, l’Espagne “attaquait” le Sud-Ouest, en octobre les prix ont augmenté et à Noël, on était engorgé de lait !” Les éleveurs ne se sont pas faits dire deux fois qu’ils pouvaient accroître leur production de 15 %. Il concède : “On s’est fait surprendre par la réactivité des producteurs.” Résultat, les transformateurs n’arrivent pas à traiter tout le lait qui leur arrive. “La situation actuelle est débile, commente à son tour Philippe Jachnik, l’une des têtes pensantes du Cniel. On a envoyé du lait de qualité de Loire-Atlantique se faire sécher dans des installations pourries en Espagne ! Cela n’a ni queue ni tête.”
Après une flambée des prix en beurre-poudre en 2007, l’afflux de lait entraîne une chute de la valorisation des produits industriels. Les transformateurs doivent encaisser en même temps la hausse du prix du lait, une baisse de la consommation et les gros apports de lait. “Pour ce premier trimestre 2008, la situation est très difficile. Je ne serais pas surpris de voir de nouveaux Nazart. Pour les entreprises qui ont de gros volumes sur les produits industriels, la situation est pire qu’il y a deux ans” s’alarme Daniel Chevreul. La collecte est à 9 % de plus que son niveau de l’an passé, mais à 16 % pour les producteurs de la CLE, “et jusqu’à 23 % sur la région de Fougères” (où se tenait l’assemblée).
La faute aux “quotas administratifs”
Un coopérateur demande : “Pourquoi en décembre, personne ne nous a dit : “Attention, ça va déborder ?”” Gilbert Herpe, président d’Agrial, explique : “Le problème, c’est que ce sont des quotas administratifs, et pas commerciaux. L’ordre vient de Bruxelles, pas des entreprises.” A terme, on va arriver à ces quotas commerciaux, explique Philippe Jachnik. Et selon lui, il ne faut pas assimiler cela à de l’intégration. Avec la contractualisation, les éleveurs pourront toujours faire pression sur leur transformateur. En Suède, Arla Foods a perdu 250 millions de litres en une semaine parce que ses producteurs sont allés voir ailleurs…
La moitié du lait collecté pour le camembert
Comme chaque assemblée, c’était aussi l’occasion de faire un bilan. Agrial comptait 1 693 producteurs avec un quota moyen de 281 000 l par point de collecte. 55 % des producteurs sont en société, mais la proportion s’accroît chez les jeunes : sur 31 nouveaux installés, 27 étaient en société en 2007. Pour l’année civile, Agrial a collecté 466 millions de litres auprès de ses adhérents (+ 4,58 %). 35,4 % du lait collecté est déshydraté par Sofivo à Pontmain. En tout, la moitié du lait collecté est destiné à la fabrication de camembert (Cœur de Lion, le Rustique).
Daniel Chevreul a présenté l’activité de la CLE en 2007. Elvir (beurre, crèmes) a enregistré une hausse des volumes, notamment à l’export. Même tendance pour la Compagnie des fromages avec une bonne nouvelle depuis ce début d’année : “Nous avons repris la place de leader à notre concurrent historique.” La restauration hors domicile, soumise à forte concurrence, a connu une baisse. Quant aux produits déshydratés, les “food ingredients” se développent. A l’opposé, “nous avons décidé de sortir de l’alimentation veau de boucherie en 2008”.


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services